L’affacturage plébiscité pour faire face aux défauts de paiements

On ne le sait que trop bien, de nombreuses sociétés, de toutes tailles, font face à des situations financières difficiles notamment à cause de paiements des factures de plus en plus tard alors qu’il faut parallèlement payer les fournisseurs, les salaires, les crédits et les taxes dans des délais non négociables. La conséquence directe est que bon nombre de sociétés ont une trésorerie tendue qui peut entrainer des découverts avec les frais inhérents, des défauts de paiement voire des mises en redressement ou encore, dans le pire des cas, en liquidation judiciaire.

Faire face à une trésorerie tendue

Pourtant des solutions existent, notamment la ligne de crédit que la banque peut accorder. Le problème de la ligne de crédit est qu’elle est plafonnée et, les banques n’étant pas toujours très ouvertes, souvent trop faible.
Une autre solution qui tend à se développer est l’affacturage qui permet aux entreprises d’encaisser immédiatement les sommes qui leurs sont dues. Encore trop peu utilisée en France même si cela tend à se développer, cette solution présente de nombreux avantages : la société d’affacturage va libérer immédiatement les fonds, ce qui évite d’attendre des semaines, voire des mois, que les factures soient réglées par les débiteurs. De même le vendeur est sur d’être payé par la société d’affacturage et qui plus est il va se décharger de la gestion des factures impayées et des relances.
Bien entendu ce système à un coût, de l’ordre de 10% des montants facturés. Mais à y regarder de prêt combien coute la ligne de crédit, le découvert, le temps en gestion, relance et recouvrement des impayés. Pour certaines sociétés cela peut représenter plus ou moins les 10% du coût de l’affacturage, sachant qu’en plus cette dernière solution permet d’avoir les fonds de façon immédiate.
Sans doute une solution qui mérite que l’on s’y attarde afin de se concentrer sur son cœur de métier et non sur la relance des mauvais payeurs ou la gestion d’une trésorerie tendue.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
älteste
neueste bewertet
Inline Feedbacks
Alle Kommentare einsehen
Burdeyron Olivier
Burdeyron Olivier
4 Jahre

Bonjour,
Une précision : Le coût de l’affacturage n’est pas de 10% comme mentionné dans cet article mais de 0.5% à 2% des créances financées. En parlant de 10% l’auteur de l’article a surement voulu parler du fond de garanti qui est généralement constitué de 10% des créances remises : ce fond n’est pas un coût mais une réserve déposée chez le factor qui appartient toujours à l’entreprise, et qui est récupérée quand le client à payé.