Réduction impôt sur le revenu 2009 : plus que quelques jours

Il ne vous reste plus que quelques jours pour mettre en place des solutions qui vous permettront de réduire votre impôt sur le revenu de 2009 que vous devrez payer en 2010 aussi nous vous proposons une liste de solutions à consulter et mettre en œuvre sans tarder.

Il est maintenant trop tard pour s’engager dans un investissement locatif (de type loi Scellier ou LMP/LMNP), vous n’auriez pas assez de temps pour bien étudier le dossier.

1- Produits financiers :
– Tout d’abord si vous avez réalisés des investissements mobiliers dont les plus-values potentielles ne dépassent pas 25.730 euros, il est conseillé de vendre en 2009, car dès le 1er janvier 2010 les plus-values seront soumises aux prélèvements sociaux dès le premier euro au taux de 12,1%.
– Vous pouvez souscrire des parts de FCPI (Fonds Communs de Placement dans l’Innovation). Chaque contribuable peut déduire de ses impôts 25% du montant investit dans la limite de 12.000 euros (soit 3.000 euros d’avantage fiscal par personne). Les performances sont très variables, tous comme les frais de gestion annuels. De plus, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un investissement dans le temps puisque l’argent placé sur des parts de FCPI sera bloqué de 8 à 10 ans.
– Autre possibilité, l’achat de parts de FIP (Fonds d’Investissement de Proximité), l’avantage fiscal étant le même que pour les FCPI à savoir 3.000 € maximum de réduction d’impôt pour une personne ou 6.000 € pour un couple. La plupart des FIP proposent des rendements inférieurs à ceux proposés par les FCPI, ce qui se justifie par une prise de risque modéré. Le rendement annuel moyent des FIP oscille entre 4 et 6%.
– Troisième solution, rare et prisée, c’est l’achat de parts de SOFICA (Sociétés des Financement de l’Industrie Cinématographique). L’avantage premier des SOFICA est que le le capital restitué à l’issue de la période de détention de 5 ou 8 ans est connu à l’avance. En général les SOFICA d’une durée de 8 ans sont garanties à hauteur de 80 à 85% de leur valeur initiale. Ce qui fait le succès des SOFICA c’est la réduction d’impôt qui est égale à 40% de l’investissement, voire 48% dans certains cas particuliers, dans la limite d’un investissement de 18.000 euros. Grâce à cet avantage fiscal non négligeable, la rentabilité annuelle des SOFICA oscille entre 6 et % en tenant compte de la restitution d’un capital inférieur au capital investit, ce qui est relativement performant dans le contexte actuel.

2- Générosité :
– Faites des dons à des associations reconnues d’utilité publique, à des fondations… et vous bénéficierez d’une réduction d’impôt correspondant à 66% de vos dons, dans la limite de 20% de votre revenu imposable. Donc donnez à l’ARC, la Croix Rouge, au Secours Populaire et vous pourrez déduire deux tiers de votre don.
– Il est également possible de bénéficier d’une réduction d’impôt à hauteur de 75% du montant du don lorsque celui-ci est fait à une association caritative (Restos du coeur par exemple). Le taux de 75% s’applique dans la limite de 510 euros, au-delà c’est une réduction de 66% qui sera appliquée.

3- Economies d’énergie :
– Vous pouvez bénéficier de crédits d’impôts allant de 25% à 50% de vos investissements réalisés pour économiser l’énergie au sein de votre résidence principale. Sont concernés les matériels tels que les chaudières et poêles à bois, les pompes à chaleur, le chauffage solaire mais aussi les travaux d’isolation et les fermetures (fenêtres et portes)… La réduction est de maximum 8.000 € pour une personne ou 16.000 € pour un couple. Attention, la facture doit être de l’année 2009, et faites vite car dès 2010 le taux de crédit d’impôt accordé baissera sensiblement pour la plupart de ces solutions.

4- Préparer sa retraite :
– Investissez dans un PERP (Plan Epargne Retraite populaire) : vous pouvez déduire de vos impôts l’ensemble de vos cotisations dans la limite de 10% de vos revenus professionnels, et plafonnées à 26.620 € pour 2009. Attention toutefois, ce plafond ne porte pas que sur les versements PERP mais sur l’ensemble de vos versements annuels sur des contrats retraite (Madelin, Perco…).
– Pour les travailleurs non salariés, vous pouvez optez pour un contrat Madelin qui vous permettra de déduire vos cotisations de votre bénéfice dans la limite de 10% du bénéfice imposable plafonné à 8 fois le Plafond Annuel de la Sécurité sociale (34.308 € en 2009) + 15 % du bénéfice imposable compris entre 1 et 8 fois PASS, soit un montant maximum de 63.470 € en 2009..

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Alle Kommentare einsehen