Tout savoir sur les frais bancaires – Guide complet

Même si avec l’apparition des banques en ligne, les frais bancaires ont tendance à baisser, ils ne sont de loin pas inexistants. Ils peuvent être facturés pour des services rendus ou des irrégularités liées au fonctionnement du compte. Si certains frais sont aujourd’hui encadrés par la loi, les banques restent assez libres dans la fixation de leurs tarifs. Comment y voir plus clair ? Nous t’expliquons tout pour te permettre de te retrouver dans cette jungle tarifaire.

À savoir
  • Il y a 2 grands types de frais bancaires : sur les opérations effectuées ou services rendus et sur les irrégularités et incidents.
  • Les banques en ligne ne facturent en général pas les frais de tenue de compte, contrairement aux établissements ayant pignon sur rue.
  • Le montant des commissions varie d’un établissement et d’une carte à l’autre.
  • Les frais augmentent très vite lorsque tu effectues des paiements et retraits hors zone euro. Dans ce cas, il est intéressant de basculer vers une banque qui propose des conditions préférentielles sur les transactions en devises.
  • Tu fais beaucoup de virements à l’international ? Pour faire baisser le montant total des commissions, Opte pour un prestataire qui travaille avec le taux du marché. Tu n’auras pas de surtaxe sur le taux de change. Ces dispositions s’appliquent aussi sur les paiements et retraits : tu seras donc doublement gagnant.
  • Si tu veux en savoir plus sur les tarifs pratiqués par les différentes banques, tu trouveras les différents articles dédiés en bas de page. Nous te proposons également un comparatif des frais bancaires pour t’aider à trouver la meilleure offre en fonction de tes besoins.
Sommaire

Deux catégories de frais bancaires

L’apparition de nouveaux acteurs, qui opèrent le plus souvent en ligne, a permis de casser les prix, rendant ainsi de nombreux services de base gratuits. Malgré tout, certains frais persistent. On peut les catégoriser en 2 groupes.

Les frais d’opération et de service

Il s’agit ici de frais facturés pour la réalisation d’une opération ou la fourniture d’un produit ou d’un service. Dans cette catégorie encore on peut distinguer :

  • Usage quotidien et « normal » du compte : frais de tenue de compte, retrait/paiement/virement en zone euro, fourniture d’une carte de débit ou de crédit, accès à ta banque en ligne, etc.

  • Services ponctuels et « exceptionnels » : paiement/retrait/virement hors zone euro, remplacement anticipé de la carte

À ceci peuvent s’ajouter plusieurs petites options payantes : assurance sur compte, option internationale, etc.

Elles sont facturées à l’unité, mais peuvent être proposées au sein d’un package dont la facturation est mensuelle.

Le montant que tu devras payer dans le mois dépend de ta banque, de ta carte, de l’éventuel package que tu as choisi, mais surtout de l’utilisation que tu fais des services proposés. La catégorisation “normal” / « exceptionnel » étant assez individuelle, il est donc important d’opter pour une offre bancaire en adéquation avec tes besoins. Par exemple : si pour certains, le paiement par carte à l’étranger peut être régulier, pour d’autres, cette opération est plutôt ponctuelle ou rare. 

Les irrégularités de fonctionnement et incidents de paiement

Lorsqu’une irrégularité de fonctionnement se présente et que celle-ci nécessite un traitement particulier, la banque te facture une commission d’intervention. 

Exemple : tu as une carte à débit immédiat, tu fais un achat en ligne et tu dépasses ton découvert autorisé.

Ces irrégularités sont souvent associées à des incidents de paiements. Tous types de paiement peuvent être concernés: carte, prélèvement, virement, chèques, etc. 

Pour certains incidents, des frais supplémentaires peuvent s’appliquer, par exemple lors d’un rejet de chèque pour absence ou insuffisance de provision.

Reporte-toi au point « Irrégularités et incidents de paiement » en bas de l’article pour en savoir plus.

Frais liés à l’utilisation quotidienne ou ponctuelle

Le tarif pour une même opération peut varier d’une banque à l’autre mais aussi d’une offre à l’autre au sein du même établissement. Au sein d’un établissement de type coopérative (Crédit Agricole par exemple), les prix peuvent même changer d’une région à l’autre.

Si chaque service peut être souscrit indépendamment, la banque peut aussi te proposer un package (moyennant une cotisation mensuelle fixe), qui regroupe un certain nombre de services. Ces offres de services groupés incluent des services liés à l’utilisation courante ; les frais pour d’éventuelles irrégularités ou incidents de paiements ne sont pas couverts. 

Si ces packs peuvent se différencier sur différents points, l’élément différenciant principal reste généralement la carte bancaire ainsi que les services qui y sont associés (retraits d’espèces, opérations à l’étranger, assurances, etc.)

Pour faire le bon choix, il faut définir tes besoins, en prenant soin d’évaluer les services que tu utilises au quotidien et ceux que tu utilises de manière ponctuelle.

Gestion et vie du compte

En ce qui concerne les banque en ligne, la plupart des services liés à la gestion et à la vie du compte sont gratuits : 

  1. Ouverture et clôture du compte
  2. Relevé de compte mensuel 
  3. Relevé annuel de frais
  4. Abonnement au service de banque à distance
  5. Alertes SMS/mail

D’habitude, les banques en ligne ne les font pas payer, au contraire de celles qui s’appuient sur un réseau physique.

Les frais de tenue de compte méritent quelques précisions. Ce sont concrètement des frais de gestion, généralement mensuels, qui ne sont pas liés à un service en particulier, si ce n’est la mise à disposition d’un compte. Même si la plupart des banques en ligne ne les appliquent pas, ils restent cependant très courants au sein des banques traditionnelles de réseau.

Moyens et opérations de paiement

L’obtention et l’utilisation d’un moyen de paiement (carte bancaire, virement, chèque) font l’objet d’une tarification spéciale qui est fixée par la banque.

Frais carte bancaire

La carte bancaire est l’élément central et différenciant d’une offre bancaire. D’une manière générale les frais liés à la carte bancaire se divisent en 2 catégories :

  • Cotisation mensuelle : elle correspond à la mise à disposition de la carte.

  • Transactions : ces frais s’appliquent sur certains retraits et paiements.
Cotisation mensuelle

Les banques traditionnelles te font généralement payer une cotisation mensuelle sur la carte. Elle dépend du type et des options choisies.

Chez les banques en ligne, c’est un peu différent : certaines cartes sont gratuites sous condition d’utilisation. Tu paieras des frais uniquement si tu fais moins d’opérations que le minimum imposé.

Avec cette approche, tout le monde est gagnant : non seulement tu es exonéré de cotisation, mais la banque rentabilise son offre, car elle perçoit les commissions cartes bancaires versées par les commerçants à chaque paiement. Ces commissions constituent la principale source de revenus des banques en ligne et sont donc incontournables pour pouvoir rentabiliser une offre gratuite.

Certaines banques en ligne et néo banques proposent cependant des cartes gratuites sans conditions, c’est le cas de Revolut, ING ou encore N26. Il faut préciser qu’il s’agit de cartes d’entrée de gamme. Les cartes premium quant à elles restent payantes de façon systématique, même avec les banques en ligne. 

Frais de paiement

Lorsque tu effectues un paiement par carte en zone euro, il n’y a généralement aucun frais. Peu importe la banque à laquelle tu es ou l’offre que tu as choisie.

Par contre, les paiements hors zone euro (donc en devises étrangères) sont généralement surtaxés. Les frais appliqués (ou non), dépendent fortement de ta banque ainsi que de ta carte et de l’offre choisie. 

2 choses auxquelles tu dois être attentif : 

  1. Le taux de change : Lorsque tu payes en devise, une opération de change doit forcément avoir lieu. La plupart des banques appliquent le taux de change visa ou mastercard (selon ta carte) mais ne se privent pas de le majorer. Si les transactions sont faites à un « taux préférentiel » ou au « taux de la banque », cela signifie généralement que tu auras une surcharge.

  1. Commission supplémentaire : Elle peut être proportionnelle au montant et/ou forfaitaire. Elle dépend de ta banque et de ta carte.
Frais de retrait

Les retraits en zone euro sont généralement gratuits. La réglementation européenne interdit la différenciation tarifaire : ton retrait en Espagne ou en Allemagne doit être soumis à la même tarification que ton retrait domestique en France.   

Selon l’offre à laquelle tu as souscrit, le nombre de retraits peut être limité. Si tu dépasses le plafond autorisé, ils te seront alors facturés.

Certaines banques limitent aussi les retraits à un réseau particulier. Si tu retires de l’argent à un DAB qui n’y appartient pas, tu auras des frais.

Les retraits hors zone euro en devise sont, comme pour les paiements, soumis à une opération de change. Cette opération peut être faite à un taux majoré et donc engendrer une surtaxe. S’ajoute à cela une éventuelle commission fixe ou variable de ta banque.

Les opérations de paiement ou de retraits à l’étranger font souvent l’objet d’une tarification un peu complexe et sont sources de coûts non négligeables. Raison pour laquelle nous te donnons des explications plus détaillées un peu plus bas. Rends-toi au bas de l’article pour comprendre ce qui se cache derrière ces commissions bancaires.

Même si ta banque n’applique pas de frais sur le retrait, l’établissement à qui appartient le DAB peut te facturer une commission de mise à disposition. Si c’est le cas, tu en seras obligatoirement informé en amont du retrait. À toi donc de décider si tu veux la payer ou si tu préfères en chercher un autre. Ceci s’applique sur les retraits en zone euro comme en zone hors euro.

Frais de virement bancaire

Les virements SEPA sont habituellement gratuits si tu les fais depuis ton espace en ligne, et ce même dans les établissements traditionnels. Par contre, tu auras des frais si tu les fais en agence.

Lorsque tu envoies de l’argent hors zone SEPA, tu peux avoir :

  • Commission de transfert : commission forfaitaire ou proportionnelle pour le service que te rend la banque pour envoyer les fonds
  • Commission de change : pour le service de conversion en devise.
  • Majoration du taux de change : surcharge indirecte correspondant à la marge de la banque sur le cours des devises.
  • Frais de correspondant : si les fonds doivent transiter par plusieurs banques avant d’arriver sur le compte du bénéficiaire, chaque établissement facturera la redirection du transfert.

Pour tout savoir sur le virement international nous t’invitons à lire notre article dédié à ce sujet. 

Frais associés aux autres modes de paiement

La plupart des banques acceptent encore les chèques. Leur utilisation est généralement gratuite :

  1. Paiement 
  2. Encaissement avec remise en agence ou par voie postale (mis à part l’affranchissement qui est généralement à ta charge)
  3. Commande en ligne d’un carnet de chèque ou de bordereaux de remise (prévoir un surplus si l’on demande un envoi en recommandé)
  4. Opposition en ligne (en agence, l’opposition peut être facturé)

Si l’utilisation courante du chèque comme moyen de paiement est gratuite, un incident de paiement peut avoir des conséquences, pas que financières.

Les opérations de prélèvements SEPA sont systématiquement gratuites, que ce soit la mise en place, l’exécution ou l’opposition.

Frais bancaires à l’étranger

Les opérations effectuées en zone euro sont facilitées et gratuites dans la plupart des cas. Par contre, les transactions en devises sont surtaxées. Et leur coût est loin d’être négligeable.

Frais de paiement à l’étranger (en devise)

Si grâce à la monnaie unique, plus aucune opération de change est nécessaire à l’intérieur de la zone euro, il n’en est pas de même dans les pays extérieurs à cette zone.

Dès lors que tu payes avec ta carte française dans un pays qui n’utilise pas l’euro, ton paiement sera forcément soumis à une conversion en devise. 

Les banques utilisent habituellement le taux de change Visa/Mastercard pour faire cette conversion, mais y ajoutent une marge qui n’est pas toujours indiquée. Tu paieras ainsi une surcharge sans le savoir.

Certains établissements peuvent aussi facturer le service de change. Cette commission viendra s’ajouter à la surtaxe indirecte mentionnée précédemment.

Enfin, tu auras une commission au titre d’un paiement effectué à l’étranger. Celle-ci peut être forfaitaire, proportionnelle au montant payé, ou bien être un mélange des 2.

Les frais de paiement dépendent de ta banque et de la carte. En règle générale, plus tu montes en gamme, plus les conditions de paiement en devise sont avantageuses.

À savoir : certaines banques en ligne et néo-banques ont une offre orientée vers l’international. Chez N26, Revolut, Wise, Boursorama ou Fortunéo, les commissions prélevées sur les paiements en devises sont très réduites, voire inexistantes, par rapport à celles prélevées par les établissements traditionnels.

Frais de retrait à l’étranger

À l’instar des paiements, les retraits effectués hors zone euro sont soumis à plusieurs frais :

  • Commission forfaitaire et/ou variable en fonction du montant. Elles sont prélevées par ta banque. Le montant dépend de l’établissement et de la carte à laquelle tu as souscrit.
  • Majoration du cours si ta banque n’utilise pas le taux interbancaire.
  • Mise à disposition de l’automate. Facturé par l’agence dans laquelle tu fais le retrait.

Ces frais étant cumulatifs, la facture peut vite grimper.

Conversion dynamique

En amont d’une opération (de paiement ou de retrait) en devise, le terminal peut te demander si tu veux effectuer l’opération en euro ou en devise locale. C’est ce que l’on appelle la conversion dynamique (DCC).

Le principal avantage de la DCC est que tu connaîtras en temps réel le montant débité de ton compte. Par contre, si tu optes pour l’option “en euro” la conversion sera faite non par ta banque mais par la banque étrangère. Le taux de change appliqué sera généralement encore plus désavantageux que celui de ta banque.

Tu l’auras compris : si tu veux faire des économies, il faut refuser la conversion dynamique et faire la transaction en devises. 

Un exemple pour schématiser : 

  • Si tu effectues un retrait en euro, la banque étrangère va demander des euros à ta banque et te donner des devises locales selon ses propres conditions, souvent très désavantageuses.
  • Si tu effectues un retrait en devise locale, la banque étrangère va te donner le montant souhaité en devise et le demander à ta banque. C’est alors ta banque qui appliquera son taux de change, plus avantageux que celui de la banque étrangère.

Compte multi-devises : une alternative pour ceux qui voyagent

Dans certaines néo-banques comme Revolut ou Wise, tu peux souscrire à un compte multi-devises qui te garantit une conversion au taux du marché jusqu’à un certain montant.

Fais le change avant de partir à l’étranger et dépense tes devises sur place sans frais, comme si tu avais une carte locale.

Attention : seuls les paiements sont concernés. Pas les retraits. Ces derniers sont certes effectués au taux interbancaire, mais sont soumis à des frais.

Comment faire baisser ses frais de banque à l’étranger ?

Voici quelques astuces pour éviter de payer trop de frais lorsque tu pars en voyage :

  1. Renseigne-toi auprès de ta banque si elle propose une option internationale. Tu pourras profiter d’un défraiement sur les paiements et/ou retraits effectués hors zone euro.
  2. Opte pour une banque en ligne ou une néo-banque : elles proposent des conditions tarifaires plus intéressantes que les établissements traditionnels sur les opérations en devises étrangères.
  3. Fais attention lorsque tu fais un retrait/paiement hors zone euro : si l’on te propose de faire l’opération en euros, il faut refuser. Fais toutes les transactions en devise locale, sans conversion.
  4. Tu as souscrit à un compte en devises : fais la conversion en amont avant de partir afin de profiter du meilleur taux.
  5. Les banques facturent en général les paiements moins chers que les retraits : règle un maximum d’achats par carte. Garde les espèces pour les endroits où il n’y a pas de terminal de paiement.
  6. Lors d’un passage au distributeur : si ta banque t’applique une commission forfaitaire ou que tu ne peux éviter la commission de mise à disposition, privilégie un retrait important pour amortir au maximum les frais. Il vaut mieux faire un grand retrait que plusieurs petits.  Fais tout de même attention : dans certains pays, il n’est pas conseillé de se promener avec trop d’espèces sur soi. 

Irrégularités et incidents de paiement

Lorsqu’une irrégularité apparaît sur ton compte et que la banque doit intervenir, celle-ci peut te facturer une commission d’intervention.

Ces irrégularités correspondent généralement à des incidents de paiement. Cela arrive lorsqu’une opération se présente au débit de ton compte et que celui-ci n’est pas suffisamment provisionné ou que le montant de l’opération dépasse ton découvert autorisé. 

Lorsqu’un incident de ce type survient, la banque a 2 choix : elle peut autoriser la transaction ou la rejeter.

Paiements par carte

Si tu fais un règlement par carte alors que tu n’as pas assez d’argent sur ton compte ou que ton autorisation de dépassement est atteinte, mais que la banque autorise tout de même la transaction, tu paieras simplement une commission d’intervention.

Dans le cas où la banque n’autorise pas le paiement, il te sera juste impossible de payer et la transaction sera bloquée.

À noter : Les frais d’incidents sont appliqués à chaque opération de dépassement non autorisé, peu importe son montant. Si tu effectues 3 paiements de 5 euros hors de ton autorisation de dépassement, la banque te facturera 3 incidents. S’ajoutent à ça les agios et intérêts débiteurs qui augmentent fortement lors d’un dépassement autorisé et qui sont facturés séparément. Même si la commission d’intervention est plafonnée à 8€ par incident et 80€ par mois, la facture peut vite monter. 

Prélèvements ou chèque

Un incident de paiement sur un prélèvement ou un chèque peut avoir des conséquences plus lourdes. 

Dans le premier cas, si la banque décide de rejeter un prélèvement pour provision insuffisante, ceci peut te coûter jusqu’à 20€.

Le second cas est le plus problématique. Une banque ne peut pas payer un chèque qui n’est pas provisionné. Avant de rejeter le chèque, la banque est dans l’obligation de t’envoyer une lettre d’information qui te sera facturée et qui te demandera de régulariser la situation. La banque t’octroie un délai de 7 jours pour approvisionner ton compte. Si à l’issue de ce délai, ton compte n’est toujours pas suffisamment provisionné, le rejet sera acté : non seulement il te sera facturé, mais il sera suivi d’une déclaration payante à la Banque de France. Tu pourrais alors te retrouver interdit bancaire.

Outre les frais, les conséquences potentielles d’une situation d’interdit bancaire ne sont pas anodines :

  • Inscription au Fichier Central des Chèques de la Banque de France
  • Interdiction d’émettre des chèques pour une durée maximale de 5 ans
  • Limitation ou suppression de tous les moyens de crédit (carte à débit différé, découvert autorisé, accès au crédit, etc.) auprès de tous les établissements bancaires
  • Clôture du compte dans le pire des cas

Limitation des frais bancaires abusifs : que dit la loi ?

L’opacité des tarifs a longtemps été pointée du doigt par les consommateurs. L’État a donc décidé de légiférer.

Les commissions liées aux dépassements de découvert sont désormais encadrées par le décret n° 2013-931 du 17 octobre 2013 : elles ne peuvent pas excéder 8€/opération et 80€/mois.

Les frais de compte inactifs sont limités à 30€ par an depuis la loi Eckert du 13 juin 2014.

Les frais de saisie pour un avis à tiers détenteur à 10% de la somme due est plafonnée à 100€ depuis le décret n° 2018-1118 du 10 décembre 2018.

Quant aux frais de rejet de chèque ou de prélèvement, ils sont régis par le décret n° 2007-1611 du 15 novembre 2007 modifié :

  • 30€ pour le rejet d’un chèque ≤ 50€
  • 50€ pour le rejet d’un chèque > 50€
  • 20€ pour un incident sur virement/prélèvement

Clients en situation de fragilité financière

Pour les clients en état de fragilité financière, les frais de dépassement sont plafonnés à 25€/mois.

Ceux qui ont souscrit à une offre spécifique ne peuvent pas payer plus de 4€/opération, 20€/mois et 200€ par an. Ils n’ont pas le droit de souscrire à une offre mensuelle de plus de 3€ par mois.

En vertu du décret n° 2020-889 du 20 juillet 2020, une personne est en situation de fragilité financière si elle :

  • A accumulé 5 irrégularités de paiement au cours du même mois.
  • Ou a fait l’objet d’une procédure de surendettement.
  • Ou est inscrite pendant 3 mois consécutifs au FCC (Fichier Central des Chèques) de la Banque de France.         

Où trouver les tarifs appliqués par ta banque ?

Il y a plusieurs moyens de les consulter :

  1. Grille tarifaire : elle se trouve sur le site de ta banque, ou de ta caisse régionale. Pour la trouver, il suffit de taper « Grille tarifaire + nom de la banque (+ département dans le cas d’une coopérative) » sur ton moteur de recherche. Elle est mise à jour très régulièrement : fais donc attention à bien consulter la dernière en date.
  2. Informations en amont des changements : les tarifs sont ajustés périodiquement. À chaque changement, tu seras prévenu au moins 2 mois avant via la messagerie de ton compte en ligne ou par courrier postal.
  3. Informations a posteriori : tu trouveras un récapitulatif des commissions prélevées par la banque sur tes relevés de compte ou sur le relevé annuel des frais.

FAQ – Questions fréquentes

  • Qu’est-ce qu’une commission d’intervention ?

    Une commission d’intervention est un montant que tu dois payer à la suite d’une irrégularité de paiement. Tu devras t’en acquitter uniquement si la banque autorise l’opération malgré un défaut de provision. La commission d’intervention est plafonné à 8€ par opération et 80€ par mois.

  • Quels sont les frais bancaires à l’étranger à connaître ?

    En cas de transaction effectuée à l’étranger, tu seras susceptible de payer :

    -Frais de retrait/paiement + commission de change (prélevée par ta banque)

    -Mise à disposition du distributeur par la banque étrangère

  • Comment minimiser ses frais bancaires à l’étranger ?

    Pour payer moins de frais à l’étranger, tu as plusieurs solutions :

    -Souscrire à un compte multi-devises, ou à une option internationale

    -Opter pour une banque en ligne ou néo-banque avec une tarification plus avantageuse que la plupart des banques traditionnelles

    -Privilégier les paiements aux retraits

    -Éviter la conversion dynamique au distributeur

  • Quels sont les différents frais bancaires ?

    Il y a 2 catégories de frais  :

    -Services et opérations : tenue de compte, frais de retrait/paiement/virement, commission de change, abonnement à la banque en ligne, etc.

    -Irrégularités de paiement : commission d’intervention, agios, intérêts débiteurs, etc.

  • Où peut-on consulter les frais bancaires ?

    Ils sont répertoriés dans la grille tarifaire, que tu trouveras sur le site de la banque ou de la caisse régionale dont tu dépends.

    Le montant de certaines commissions est aussi consultable sur le relevé de compte annuel ou dans les courriers qui précèdent une mise à jour des tarifs.