Guides
Comparatifs
Quel ETF choisir pour un PEA PME ?

Quel ETF choisir pour un PEA PME ?

Les ETF apparaissent comme le support d’investissement idéal pour diversifier simplement et à moindre coût son PEA. Qu’en est-il sur le PEA PME ? Quelle est l’offre d’ETF éligible au PEA PME ? Est-ce que, comme pour le PEA classique, les ETF sont le meilleur investissement pour le PEA PME ?

💡

À savoir
  • Le PEA PME est une enveloppe similaire au PEA classique, destiné à l’investissement en petites et moyennes entreprises. Plus confidentiel, l’encours titres des PEA PME ne représente aujourd’hui que 1,7% de l’encours titres total PEA.
  • D’une manière générale, pour trouver ton ETF PEA PME, différents critères de sélection sont à prendre en compte. Les principaux : coût, encours sous gestion, méthode de réplication, type de distribution et bien sûr éligibilité au PEA PME.
  • Tu trouves toutes ces informations dans la fiche technique de l’ETF, le DICI ou sur le site web de l’émetteur.
  • L’offre ETF PEA PME est encore très limitée : à ce jour, il n’existe qu’un seul ETF éligible au PEA PME. Ce dernier suit la performance de l’indice CAC PME.
  • Le seul ETF PEA PME étant très peu diversifié, un bon fonds actif (diversifié au maximum et avec des frais raisonnables) peut être une meilleure option (du moins pour le moment).

Pourquoi investir sur un PEA PME ?

Comme le PEA classique, le PEA PME est une enveloppe fiscale qui permet d’investir sur les actions européennes. Petite subtilité ici, et comme son nom l’indique, le PEA PME est dédié à l’investissement sur les petites et moyennes entreprises, cotées ou non. C’est le seul support exclusivement dédié à ce type d’entreprises. L’objectif des pouvoirs publics à sa création était d’ailleurs de soutenir et de développer cette partie de notre économie en démocratisant l’investissement. 

La principale raison d’ouvrir un PEA PME est de diversifier ses actifs. En effet, les PME et ETI sont souvent décorrélées des marchés financiers et des géants des grandes places boursières. C’est donc une troisième voie de diversification, aux côtés des diversifications géographique et sectorielle.

Une fois cela étant dit, la question qui se pose est : comment investir sur ces PME via mon PEA ? Le marché des PME est difficile à appréhender, en particulier sur la partie non cotée : l’information est difficile à collecter, leur stratégie souvent plus complexe, les données plus confidentielles, leur performance plus volatile. Bref, rien n’est fait pour faciliter la tâche et le risque est important. Dans ces conditions, il est très difficile (et peu recommandé) de se positionner sur des titres en direct. La diversification est encore plus indispensable que sur un portefeuille de titres classiques. En effet, il est important de réduire le risque spécifique qui est généralement plus important pour une PME que pour une large cap. Il faudrait donc investir sur un grand nombre de titres pour espérer un niveau de risque satisfaisant. L’ETF, réputé comme le champion de la diversification, pourrait être l’outil parfait pour gérer son PEA PME. Cependant, comme nous allons le voir, trouver des ETF pour le PEA PME n’est pas chose aisée.

Quel est le meilleur ETF pour le PEA PME ?

Il va être simple de répondre à cette question. Aujourd’hui, un seul ETF est éligible au PEA-PME : le Lyxor PEA PME (DR) UCITS ETF – Dist. Lyxor est donc le seul émetteur à avoir sauté le pas, en proposant un tracker PEA PME positionné sur l’indice CAC PME. Cet indice est le petit frère du CAC 40 ; il suit 40 petites et moyennes entreprises, et entreprises de taille intermédiaire, cotées sur le marché Euronext Paris. Les critères de sélection pour entrer dans cet indice sont la notation de l’entreprise, la liquidité de l’action et le critère SME, c’est-à-dire l’impact de l’entreprise sur l’environnement.

Le Lyxor ETF PEA PME en bref

Pour mieux comprendre cet ETF, nous avons rassemblé ici les éléments à connaître sur le Lyxor PEA PME.

CaractéristiquesLyxor PEA PME
Code ISINFR0011770775
ÉmetteurLyxor
Indice suiviCAC PME
Encours sous gestion12,4 Mio€
Méthode de réplicationDirecte (physique)
Politique de distributionDistribution
Répartition géographique100% France
Répartition sectorielle30% sur la santé, 21% sur les technologies de l’information, 15% sur les services de communication
Frais0,5%
Sources : lyxoretf.fr – 01/2022

Les 10 premières lignes de l’ETF :

SociétéPoids dans l’ETFSecteur
EUTELSAT COMMUNICATIONS9,12%Communication Services
GETLINK SE8,39%Information Technology
SOLUTIONS 30 SE8,17%Information Technology
S.O.I.T.E.C.6,5%Information Technology
VALNEVA SE5,3%Health Care
TRIGANO SA4,78%Consumer Discretionary
MCPHY ENERGY SA4,23%Industrials
ALBIOMA3,52%Utilities
ESKER SA3,24%Information Technology
DBV TECHNOLOGIES SA3,21%Health Care
Sources : lyxoretf.fr – 01/2022

Que pouvons-nous tirer de ces informations ? Commençons par l’indice suivi, le Cac PME. L’ETF répliquant cet indice, il en hérite malheureusement des défauts. En termes de diversification, l’indice est loin d’être optimal. Au niveau géographique, le CAC PME est positionné à 100% sur le marché français. Au niveau sectoriel, 13% de l’indice est composé de valeurs pharmaceutiques et 12% de titres biotechnologiques, deux secteurs très proches. En conséquence, l’ETF est peu diversifié tant au niveau géographique qu’au niveau sectoriel.

Concernant l’ETF en lui-même, on constate que son niveau d’encours est très faible, preuve du manque d’intérêt de l’indice. Pour rappel, on considère qu’un encours sous gestion d’un ETF est suffisant à partir de 100 millions d’euros. C’est d’ailleurs le seuil à partir duquel le fonds est rentable pour l’émetteur, et présente donc peu de risque de fermeture. Quand on regarde le dernier rapport de l’ETF datant d’avril 2021, on constate de plus que le fonds est en décollecte. Cela n’est pas de bon augure quant à l’évolution positive de l’encours à l’avenir.

Autre point important, les frais de 0,5%. Plus élevés que la moyenne, ils se justifient notamment par la faible taille d’encours de l’ETF, car les charges de gestion sont réparties sur moins de porteurs.

On le voit, l’ETF Lyxor PEA PME a le mérite d’exister. Cependant, ce n’est pas non plus la recette miracle pour gérer son PEA PME. Il présente de nombreux défauts liés notamment à son indice de référence.

Pourquoi le marché des ETF PEA PME est aussi peu développé ?

Un seul ETF éligible au PEA PME, c’est peu. Pourquoi les émetteurs ne se positionnent-ils pas plus sur ce segment ?

Un marché de niche

Comme nous venons de le voir, construire et gérer un ETF sur ce segment des petites et moyennes entreprises est complexe. Un ETF doit par nature être diversifié, mais dans un univers aussi restreint, difficile de mettre en place une stratégie efficace. De nombreux titres présentent peu de liquidités, en tout cas pas assez pour les intégrer dans un ETF. Une grande partie des valeurs éligibles au PEA PME est également constituée de titres non cotés. Or la construction d’un ETF se fait par rapport à un indice boursier, il est donc pour l’instant impossible d’intégrer ces titres non cotés. On le voit, il y a pour l’instant une incompatibilité majeure entre les titres éligibles au PEA PME et le fonctionnement des ETF.

Peu d’indices compatibles

Au niveau de l’Europe, il existe par exemple le MSCI Europe Small Cap, qui regroupe plus de 1.000 entreprises de 15 pays européens. La diversification est donc déjà plus importante qu’avec le CAC PME. Problème : l’indice intègre des valeurs suisses et britanniques, ainsi que des valeurs ayant des capitalisations supérieures à 1 Md€. L’indice ne respecte donc pas les conditions d’éligibilité du PEA PME. 

Cet exemple illustre très bien les problèmes auxquels sont confrontés les émetteurs d’ETF PEA PME : il existe certes des indices positionnés sur les petites capitalisations au niveau européen (et même mondial), mais ces derniers ne suivent que très rarement les critères d’éligibilité que le PEA PME impose. Il n’y a pas de définition unique pour une small cap, chaque fournisseur d’indice fixe ses propres critères (souvent basés sur la capitalisation) et rares sont ceux qui en fixent d’aussi contraignant que le PEA PME, plus restrictifs et plus difficiles à mettre en œuvre (d’autant plus que les grands fournisseurs d’indices comme MSCI n’ont pas grand intérêt de développer des indices spécialement conçues pour respecter les critères du PEA). 

Si les indices ne respectent pas les critères d’éligibilité du PEA, très bien, une réplication physique n’est donc pas possible, mais qu’en est-il de la réplication synthétique ? Cela pourrait en effet contourner le problème des indices et permettre de diversifier son PEA PME au niveau européen, voire même mondial (car oui, il existe des indices mondiaux de small caps). En effet, mais il faut garder en tête que même un ETF synthétique est investi pour une partie en titres physiques, c’est le fameux panier d’échange. Or ce dernier est systématiquement composé de grandes valeurs très liquides (et non de petites capitalisations), ce qui rend l’ETF non éligible au PEA PME malgré sa méthode de réplication synthétique.

Pour finir, on peut également ajouter à tout cela qu’une partie de l’univers éligible au PEA PME est composée de titres non cotés, donc par définition impossible à répliquer sous forme d’indice et donc d’ETF. 

Une demande limitée

Même s’il est fortement poussé par les pouvoirs publics français, le PEA PME reste confidentiel dans l’épargne des Français. D’après un étude de la Banque de France sur les PEA, en 2020, le PEA PME représentait 1,8% des comptes-titres dédiés au PEA (contre 1,4% en 2019), et 1,7% des encours titres placés sur cette enveloppe. Même si les résultats sont en légère hausse (+27% des encours sur le PEA PME en 2021 contre +24% en 2019), on ne peut que constater que le PEA PME n’attire pas les foules. Malgré la volonté de démocratisation de ces investissements sur des petites et moyennes entreprises cotées ou non, les Français boudent ce placement qui pourrait pourtant leur apporter de nouvelles perspectives d’investissement.

Ce désintérêt pour le PEA PME vient renforcer le point précédent. En effet, ajouté à l’absence d’indices compatibles et la complexité de mise en œuvre, le manque de capitaux sur ce segment n’encourage pas les émetteurs à développer de nouveaux ETF, du moins pour le moment.

Quelle alternative aux ETF sur le PEA PME ?

Nous l’avons déjà dit, mais le marché des PME est un marché risqué, ou la volatilité est importante. Dans ce contexte, une diversification importante des investissements est primordiale. Cependant, les titres en direct sont difficiles à négocier, et l’information sur les sociétés complexe à rassembler. C’est pourquoi acheter des titres en direct pour des investisseurs particuliers n’est vraiment pas recommandé. Côté ETF, le marché est quasi nul, avec un seul ETF disponible, présentant de nombreuses limites. Quelles solutions reste-t-il aux épargnants pour investir sur le PEA PME ?

En fait, la seule alternative aujourd’hui viable est l’investissement dans des fonds actifs. Cette option permet de toucher à la fois des actions cotées et non cotées, tant au niveau national, qu’international. Les fonds actifs présentent cependant un gros inconvénient : les frais. Ceux-ci sont d’autant plus élevés que le marché est complexe, et les titres difficiles d’accès. Les critères de choix pour les fonds actifs, dans ces conditions, doivent donc être une diversification maximale au niveau européen pour l’investissement sur le PEA PME, et des frais raisonnables par rapport au marché.

FAQ – Questions fréquentes

Peut-on investir des ETF sur un PEA-PME ?

Que vaut le Lyxor ETF PEA PME ?

Pourquoi n’y a-t-il qu’un seul ETF éligible au PEA-PME ?