Guides
Comparatifs

Épargne de précaution : guide complet

Ton patrimoine est constitué de plusieurs composantes : des liquidités, des placements long terme, de l’épargne pour des projets, etc. Parmi celles-ci se trouve l’épargne de précaution. Véritable assurance du quotidien, elle est la garante de ta sécurité financière et te permet de faire face en cas de coup dur. Pourquoi est-ce important de se constituer une épargne de sécurité ? Combien d’épargne de précaution dois-tu conserver ? Où placer cet argent ? Tu trouveras toutes les réponses dans notre guide spécial sur l’épargne de précaution.

💡

À savoir
  • L’épargne de précaution est celle que tu conserves en cas d’imprévu ou de coup dur. C’est une brique indispensable de ton patrimoine. Elle est différente de l’épargne de projet qui elle est planifiée pour un objectif, un montant et une durée précis.
  • L’épargne de précaution permet d’éviter les frais bancaires (intérêts débiteurs, découvert, crédit, etc.), les sorties de produits financiers au mauvais moment (moins-values) et tout simplement la mise en difficulté en cas d’imprévu..
  • Le montant de l’épargne de précaution est différent pour chacun (situation personnelle et professionnelle, aversion au risque, etc.), mais on considère qu’elle doit représenter entre 4 et 6 mois de salaire, voire de dépenses courantes.
  • Les placements pour l’épargne de précaution doivent être flexibles, liquides et disponibles : on privilégie ici la sécurité à la performance.
  • Les livrets réglementés, les comptes sur livret et les fonds euros des contrats d’assurance-vie sont les placements à privilégier pour l’épargne de précaution.

L’épargne de précaution : qu’est-ce que c’est ?

L’épargne de précaution a vocation à être utilisée en cas de problème ou d’événement imprévu. C’est un peu comme une assurance, sauf que tu es ton propre assureur. L’épargne de précaution doit être disponible, ou tout du moins rapidement mobilisable, et ne pas être risquée. En effet, il faut pouvoir sortir à tout moment sans risque de perdre du capital, et surtout sans mauvaise surprise.

L’épargne de précaution ne doit pas être confondue avec l’épargne dédiée à des projets. Si on met de l’argent de côté sur un compte épargne pour des vacances ou pour s’acheter une voiture par exemple, cela ne doit pas impacter l’épargne de précaution. Par définition, l’épargne de précaution répond aux besoins qui ne sont pas prévus, ce qui est complètement l’inverse d’une épargne de projet.

L’épargne de précaution est une des briques indispensables de ton patrimoine. L’argent que tu possèdes peut être réparti en plusieurs catégories :

  • les liquidités

  • l’épargne de précaution

  • l’épargne de projet

  • l’épargne long terme

Pourquoi se créer une épargne de précaution ?

Quand on travaille et que l’on a des flux réguliers d’argent entrant, on peut se demander quel est l’intérêt de conserver de l’épargne de précaution. Dans une vie, beaucoup de choses peuvent arriver, bonnes ou mauvaises. Tout le monde peut être amené à réparer sa voiture ou son logement, ou faire face à des dépenses imprévues. Ça fait partie du quotidien. Quelles sont les raisons qui poussent à se constituer une épargne de précaution ?

Mener une bonne gestion de ses avoirs

Prévoir une épargne de précaution est la meilleure façon de faire des économies. Comment ?

  • En évitant les frais bancaires :

    Agios en cas découverts, frais pour incidents de paiements, recours au crédit, etc. En cas de dépenses imprévues, tu as tout de suite de quoi couvrir ton compte.

  • En conservant tes placements long terme :

    Rien de pire que d’être obligé de vendre des actions ou des ETF à un mauvais moment, alors que l’on est en moins-value. Pouvoir mobiliser rapidement des fonds sans toucher à tes investissements peut clairement te faire gagner beaucoup d’argent ou du moins éviter d’en perdre. L’objectif principal de l’épargne de précaution est vraiment de faire tampon, et d’éviter de toucher à ton patrimoine à la moindre occasion.

Assurer ses arrières

Au-delà de ces raisons qui se rapportent plus à de la bonne gestion, détenir de l’épargne de précaution peut également être d’un grand secours en cas d’imprévu important, notamment s’il s’étire dans la durée. L’épargne de précaution est comme une assurance. Quand tout va bien, on n’en voit pas forcément l’utilité, mais quand arrive un pépin, on est bien content d’avoir des garanties. 

Assurer la continuité financière, financer sa subsistance en couvrant ses frais au quotidien sont des points essentiels si tu ne veux pas te retrouver dans une situation délicate. Un licenciement, un accident de la vie, un burn-out ou simplement une envie de changer d’air, toutes ces raisons peuvent t’amener à avoir des modifications de revenus. Cela peut arriver à tout le monde, et chacun peut y être confronté au moins une fois dans sa vie. 

Plus simplement, et sans rentrer dans des bouleversements majeurs, l’épargne de précaution peut aussi te permettre de changer ton ordinateur qui s’est explosé par terre ou ta machine à laver en panne, sans avoir à te priver tout le mois.

Bref, tu l’auras compris, l’objectif est d’assurer ses arrières pour éviter de toucher à ses investissements long terme à la moindre occasion. Savoir que tu as de quoi faire face en cas d’imprévu t’offre un sentiment de sécurité qui te permet d’affronter le quotidien avec sérénité.

Montant de l’épargne de précaution : combien doit-on prévoir ?

Il n’y a pas de montant idéal pour l’épargne de sécurité. Le chiffre va être différent pour chaque personne. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte :

  • la situation personnelle : seul ou en couple, avec des enfants, etc.
  • la situation professionnelle : salarié, indépendant, sans emploi, etc. Même en ayant un emploi, le niveau de sécurité n’est pas le même. Un fonctionnaire a plus de sécurité de l’emploi qu’un salarié, qui lui-même a une situation plus stable qu’un freelance.
  • l’aversion au risque : les personnes inquiètes par nature vont forcément consacrer plus d’argent à leur épargne de précaution. Il faut être prudent sans tomber dans l’excès.
  • le train de vie : les charges fixes engagées, les habitudes de consommation, les éventuels crédits à rembourser, etc.

Le plus important est de trouver le bon équilibre : conserver juste ce qu’il faut pour réagir en cas de difficulté, sans se priver d’une opportunité de rendement sur une épargne de plus long terme. C’est comme dans notre exemple de l’assurance. On ne veut pas surpayer son assurance en prenant des garanties qui ne nous servent à rien, mais quand même être suffisamment couvert en cas de problème. 

De manière générale, pour l’épargne de précaution, on estime qu’il est judicieux de détenir entre 4 et 6 mois de salaire, voire de dépenses courantes. Ce montant est bien sûr à moduler selon chaque situation. Pour t’aider dans la gestion de ton épargne, Hellomonnaie t’accompagne pour savoir comment épargner et combien épargner par mois.

Comment se constituer une épargne de précaution ?

Quand on commence à avoir des revenus, par exemple quand on trouve son premier emploi, c’est la principale épargne à constituer. C’est en quelque sorte la première étape dans la construction de ton patrimoine. Dans notre article comment gérer son argent, on t’explique comment évaluer ta capacité d’épargne et mettre de côté ton épargne chaque début de mois. Tant que tu n’as pas atteint ton objectif d’épargne de précaution, il faut y consacrer une partie de ton épargne mensuelle.

L’idéal est de ne jamais avoir besoin de cette épargne, mais la vie étant faite d’imprévus, tu seras forcément amené à un moment ou un autre de ta vie à y avoir recours. Dans ce cas, le mieux est de la reconstituer au plus vite.

Où placer son épargne de précaution ?

L’épargne de précaution n’a pas pour objectif de rapporter de l’argent. Son but est plutôt de t’éviter d’en perdre le jour où tu en auras besoin. Dans le cas d’une assurance, tu paies chaque mois ou chaque année une cotisation pour un sinistre qui n’arrivera peut-être jamais (et c’est tout ce qu’on te souhaite !). C’est pareil avec l’épargne de précaution. Mettre de côté cette épargne représente un coût d’opportunité, puisque ces fonds ne sont pas placés sur du long terme avec un objectif de performance.

Toutefois, ce n’est pas parce que l’épargne de précaution doit être disponible et sans risque qu’on doit forcément négliger son rendement. Certes, il ne faut pas espérer ici avoir une grande rentabilité, mais il est toutefois possible de l’optimiser au mieux, au moins pour ne pas voir sa valeur trop s’éroder sous le coup de l’inflation. Quels sont donc les meilleurs produits pour placer son épargne de précaution ?

Les livrets réglementés 

Les livrets réglementés sont les premiers comptes à utiliser pour l’épargne de précaution. Ils sont intéressants, car ils sont totalement exonérés d’impôt (impôts sur le revenu et prélèvements sociaux). Toutefois, leur montant étant limité, ils ne vont pas forcément être suffisants pour conserver la totalité de l’épargne de précaution. Même si le rendement est faible, cela reste une des options les plus avantageuses pour un placement sans risque.

Type de livret réglementéConditionsPlafondRendement 
(à mai 2022)
Livret Aun par personne22.950€1% net 
LDDsun par contribuable majeur12.000€1% net
Livret d’épargne populaire (LEP)un par contribuable majeur, sous condition de ressources7.700€2,2% net
Livret Jeuneun par personne, réservé aux 12-25 ans1.600€1% net

Ces livrets présentant des avantages fiscaux, il est possible d’en détenir seulement un par personne. Toutefois, ils sont cumulables entre eux. Par exemple, un jeune qui commence à travailler peut cumuler un livret A, un livret jeune et un LDDs. Concernant le LEP, sa rémunération est attractive depuis sa dernière revalorisation, mais sa détention est liée à des conditions de ressources. 

💡

À savoir

Le livret A, le LDDs et le LEP bénéficient d’une garantie de l’état pour 100% de leur valeur. Cette couverture est indépendante du plafond de la garantie des dépôts obligatoire des banques de 100.000€. En cas de problème, ces 3 livrets ne viennent donc pas amputer le plafond de la garantie des dépôts.

Les livrets bancaires 

Les comptes sur livret viennent en complément des livrets réglementés. Ils sont proposés par les banques qui fixent librement leur taux (entre 0,1% et 0,6% à l’heure actuelle). Celui-ci est en général moins attractif que celui des livrets réglementés, notamment à cause de la fiscalité qui est ici à payer (PFU de 30% sur les intérêts à retirer du rendement brut). Des opérations promotionnelles avec des taux boostés sur une courte période sont parfois proposées par les banques. 

L’avantage principal des CSL est que leur plafond n’est pas limité. L’objectif est de les utiliser comme un complément, ou en attendant un placement sur un autre support.

Le fonds euro assurance-vie

On n’y pense pas forcément pour l’épargne de précaution, mais les fonds euros des contrats d’assurance-vie sont aussi une bonne option. En effet, la plupart des contrats sont aujourd’hui sans droits d’entrée, et l’argent disponible rapidement (une à deux semaines maximum). Ils permettent de prendre le relais d’un livret A ou d’un LDDs par exemple, qui eux sont mobilisable quasiment dans la journée. C’est un bon moyen d’obtenir une rémunération légèrement supérieure tout en protégeant ses proches en cas de décès. 

Sur les fonds euros, le taux moyen de rendement brut était de 1,1% en 2021. Comme pour les autres produits de placement sécurisés, les taux ont chuté depuis ces 10 dernières années, mais cela reste au-dessus de la rémunération des livrets classiques. Au moment du retrait des fonds, il faudra retirer à cette performance la flat tax de 30%. Toutefois, si tu n’as pas recours à ton épargne de précaution pendant les 8 premières années du contrat, tu pourras bénéficier d’un abattement d’impôt sur la plus-value.

🚀

Trouve le meilleur contrat d’assurance-vie
Si tu souhaites ouvrir un contrat d’assurance-vie pour ton épargne de précaution et ton épargne long terme, n’hésite pas à consulter notre comparatif des meilleurs contrats d’assurance-vie

Où ne faut-il pas placer son épargne de précaution ?

  • le compte à terme (CAT) : même si c’est une épargne sans risque, le CAT est bloqué avec un montant et une période donnés. De ce fait, il correspond plus aux besoins d’une épargne de projet. Les taux de rémunération sont légèrement supérieurs à ceux des livrets bancaires, étant donné l’immobilisation des fonds. Comme pour les comptes sur livret, des opérations promotionnelles sont parfois organisées.

  • les actions : l’investissement en actions doit toujours s’envisager sur du long terme. Même s’il est très simple d’acheter et vendre des titres (c’est un placement liquide), il ne s’adapte pas du tout à l’épargne de précaution. Le risque serait trop grand de devoir vendre à un moment peu propice. Compter sur des actions en bourse ne t’offrirait pas la sérénité qui est justement l’objectif premier de l’épargne de précaution.

FAQ – Questions fréquentes

Combien doit-on garder en épargne de précaution ?

Quels sont les placements adaptés à l’épargne de précaution ?