PEA : les inconvénients à connaître

Le PEA est le compte privilégié quand il s’agit d’investir sur les marchés actions. Comme tout support avantageux, il possède également quelques inconvénients. Bien les connaître est l’assurance d’utiliser le potentiel maximum de son PEA. Quels sont les inconvénients du PEA ? Sont-ils vraiment si contraignants ? Comment les identifier et les contourner pour optimiser ses performances ?

À savoir
  • Le PEA est plafonné : les versements sont limités à 150.000€.
  • L’avantage fiscal est conditionné à une durée de détention minimum : en cas de retrait du PEA avant 5 ans, le gain fiscal est perdu.
  • Il existe un risque lié à l’investissement en actions : certes, une perte en capital est possible, mais ce risque peut être réduit grâce à la diversification et à un horizon de placement long. Sur le long terme, le placement en actions reste le plus rentable.
  • L’univers d’investissement est limité : théoriquement, le PEA est dédié à l’investissement sur des supports actions de la zone Europe, mais de nouveaux instruments financiers permettent de contourner cette règle.
Sommaire

Une durée de détention imposée

L’objectif à la création du PEA était de favoriser l’investissement en bourse des contribuables français, tout en soutenant la croissance des entreprises françaises et européennes. Cette mission ne peut se réaliser que dans un cadre de long terme. C’est dans cette perspective que des contraintes de détention ont été appliquées pour bénéficier des avantages fiscaux sur le PEA. Ainsi, le plan doit être ouvert depuis au moins 5 ans pour obtenir l’exonération de l’impôt sur les plus-values et dividendes, à savoir 12,8%. Les prélèvements sociaux de 17,2% restent dus.

Si un retrait est effectué avant cette date, les opérations réalisées ne bénéficient d’aucun avantage fiscal, et le PEA sera clôturé.

Pour rentrer plus en détail sur ce sujet, n’hésite pas à consulter notre article dédié à la fiscalité du PEA.

Cette contrainte est souvent avancée comme un inconvénient majeur du PEA. Cependant, cela n’en est pas vraiment un. En effet, tout investissement sur les marchés boursiers doit être considéré comme un placement de long terme. 5 ans est donc un minimum pour se positionner sur des supports actions.

À noter

C’est la date du premier versement sur le PEA qui fait foi pour calculer la durée de détention, et non la date d’ouverture du compte.

Des versements plafonnés sur le PEA

Le plafond des versements sur le PEA est de 150.000€. Cependant, le PEA est une enveloppe fiscale. Dans ce cadre, tant qu’il n’y a pas de retrait, tous les gains (plus-values, dividendes, etc.) peuvent être réinvestis dans le plan. Cela signifie que le montant total du PEA peut être bien supérieur à 150.000€.

Pour aller au-delà de ce plafond, il est possible de cumuler un PEA et un PEA-PME pour atteindre un investissement total de 225.000€. Si tu as déjà investi 150.000€ sur ton PEA, tu peux ainsi verser 75.000€ supplémentaires sur un PEA-PME.

Notre article dédié au plafond du PEA te donnera toutes les informations nécessaires sur ce sujet.

Le PEA : une perte en capital possible

Le PEA est dédié à l’investissement sur les marchés boursiers. À ce titre, il y a forcément un risque de perte en capital. On ne peut pas espérer obtenir des rendements intéressants sans prendre un minimum de risque. L’important est de bien respecter les objectifs de durée de placement, et de ne pas paniquer quand des baisses importantes surviennent. Pour cela, une stratégie de buy-and-hold est la meilleure option possible. Tu te positionnes sur un portefeuille bien construit et diversifié, de préférence sur des indices boursiers, et tu le laisses ensuite travailler. Acheter et tenir la position, voilà le secret pour limiter le risque. Il s’agit ensuite de vendre seulement au terme de l’horizon de placement, à savoir 7 ans minimum, voire plutôt 10 ans. Dans ces conditions, nul doute que ton portefeuille se sera grandement valorisé et que tu réaliseras une plus-value substantielle.

De manière générale, il faut comprendre qu’une partie du risque peut être modérée d’une part par la diversification du portefeuille, et d’autre part par l’horizon de placement. Il est impossible d’obtenir un bon rendement sans prendre un minimum de risque. Celui-ci est inhérent à l’investissement, donc autant apprendre à le maîtriser et en faire un levier au service de la rentabilité. Si tu as une grande aversion au risque ou que tu te poses encore des questions sur l’investissement en bourse, n’hésite pas à consulter cet article qui explique tout sur les actions.

Un spectre d’investissement restreint

Comme nous en avons parlé au début de l’article, le PEA a été créé pour soutenir le développement des sociétés françaises et européennes. Les achats de titres financiers doivent donc se faire dans ce périmètre. Actions en direct, OPCVM ou ETF doivent respecter les critères d’éligibilité définis par la réglementation. Ces contraintes peuvent laisser à penser que le PEA est un placement de niche, avec peu de possibilités de diversification.

Il existe cependant une parade à ce point. En effet, grâce aux ETF à réplication synthétique, il est désormais possible de se positionner sur des zones géographiques hors Europe, ou sur des secteurs d’activité particuliers. On peut trouver par exemple des ETF monde éligibles au PEA. Ce marché est en pleine expansion et ne cesse de s’accroître chaque jour. Si tu souhaites explorer plus avant cette partie, tu peux consulter notre article qui explique pourquoi il est intéressant d’acheter des ETF sur un PEA.

FAQ – Questions fréquentes

  • Quels sont les principaux inconvénients du PEA ?

    Le PEA a deux inconvénients principaux : les versements sont plafonnés à 150.000€, et il faut détenir le plan depuis au moins 5 ans pour bénéficier des avantages fiscaux. Ces contraintes ne sont en fait que des conseils de bonne gestion. En effet, sauf cas particuliers, il est déconseillé d’investir tous ces fonds sur les marchés boursiers, ou d’effectuer un placement en actions inférieur à 5 ans.

  • Quels sont les risques du PEA ?

    Le PEA ne comporte pas de risque en tant que tel. Les placements qui le composent, par contre, portent chacun leur risque. Vu que le PEA est un support d’investissement dédié aux marchés boursiers, les titres financiers détenus comportent un risque de perte en capital. Les actions et OPCVM varient à la hausse et à la baisse en fonction de l’évolution des marchés. C’est pour cela qu’il est primordial de diversifier son portefeuille au maximum et d’envisager un placement sur du long terme pour lisser ce risque dans le temps.

  • Quelles sont les actions que l’on peut acheter sur un PEA ?

    Il est possible d’acheter sur un PEA des actions en direct, des parts de placement collectif (SICAV et FCP) et des ETF éligibles. Pour les actions, les sociétés doivent détenir leur siège social dans un des pays de l’Union européenne. Pour les OPCVM, 75% des titres détenus en portefeuille doivent également être domiciliés en Europe.