Guides
Comparatifs
Choisir entre un PEA et une assurance-vie

PEA ou assurance-vie : lequel choisir ?

Quand on parle de placer son argent dans un cadre fiscal intéressant, les Français pensent généralement à l’assurance-vie. Parfois plus méconnu, le PEA présente également des avantages fiscaux très intéressants. Quelles sont les différences entre ces deux placements ? Permettent-ils d’investir sur les mêmes supports ? Sont-ils concurrents ou au contraire complémentaires ?

💡

À savoir
  • Le PEA et l’assurance-vie sont des enveloppes fiscales, c’est-à-dire qu’elles permettent de bénéficier d’avantages fiscaux sous certaines conditions.
  • Il faut attendre 5 ans pour pouvoir bénéficier des avantages fiscaux sur le PEA, 8 ans pour l’assurance-vie.
  • Les versements sont limités à 150.000€ sur le PEA, il n’y a aucune limite pour l’assurance-vie.
  • Le PEA permet d’investir uniquement sur les marchés boursiers européens, l’assurance-vie offre plus de latitudes d’investissement (fonds euros, marchés actions et obligations, immobilier, etc.)
  • De manière générale, il y a plus de frais sur un contrat d’assurance-vie que sur un PEA

PEA et assurance-vie : définitions

Le PEA

Le PEA est une enveloppe fiscale permettant d’acheter des titres de sociétés françaises et européennes. C’est un produit réglementé qui offre la possibilité de souscrire des actions, des OPCVM investis sur les marchés actions et des ETF. Seule condition pour acheter un titre financier sur un PEA : celui-ci doit être éligible selon les normes fixées par la réglementation. En théorie, tous les titres respectant les règles d’éligibilité sont accessibles au PEA. Dans la réalité, le courtier ou la banque dans lesquels est ouvert le plan peut avoir une offre limitée de produits, et ne proposer qu’une partie du panel de possibilités. Par exemple, des ETF éligibles au PEA ne seront pas proposés dans un établissement, ou une place boursière ne sera pas accessible chez tel ou tel courtier. Raison pour laquelle il est important de bien analyser les différentes offres pour trouver le meilleur PEA.

L’assurance-vie

Comme le PEA, l’assurance-vie est une enveloppe fiscale. Sous réserve de respecter les conditions d’investissement, des avantages fiscaux sont accordés au souscripteur. L’assurance-vie est un package négocié entre un assureur, qui est le gestionnaire du contrat, et un distributeur, qui s’occupe de le commercialiser. Chaque contrat a donc ses propres caractéristiques, comme les supports accessibles dans le contrat et les conditions appliquées (rémunération du fonds euros, frais de gestion, autres frais, etc.). En fonction du contrat, les supports d’investissement sont différents. Le montant des frais de gestion ainsi que le nombre de supports d’investissement possible peuvent varier énormément d’un contrat à l’autre. Pour en savoir plus sur ce placement, tu peux consulter notre guide spécial assurance-vie et par la suite, notre comparatif qui met en perspective les offres du marché.

Caractéristiques : comparatif PEA / assurance-vie

Pour comprendre les points communs et les différences entre le PEA et l’assurance-vie, voici un tableau récapitulatif des principales caractéristiques de ces deux placements :

CaractéristiquesPEAAssurance-vie
Nombre autoriséUn par personne,cumulable avec un PEA-PMEPas de limites
Plafond de versementsOui
150.000€
Non
Supports d’investissementActions, OPCVM et ETF de sociétés européennes.
Possibilité d’investissement en dehors de cette zone avec les ETF à réplication synthétique éligibles au PEA.
Le choix des supports peut être limité selon les établissements.
En fonction des conditions du contrat : fonds euros sécurisés, actions, obligations, OPCVM, ETF, matières premières, SCPI, OPCI, SCI, etc.

Le choix peut théoriquement être très large (car pas de limitation), mais attention, étant défini contractuellement pour chaque contrat, il ne l’est pas toujours et varie fortement.
Avantages fiscauxExonération des 12,8% d’impôt sur les gains (plus-value, dividendes, coupons) si le PEA est détenu plus de 5 ansExonération d’une partie de l’impôt sur les gains si l’assurance-vie est détenue plus de 8 ans, et pour les versements <150.000€.
Taux d’imposition : 7,5% au lieu de 12,8% 

Possibilité de bénéficier chaque année (après les 8 ans) d’un abattement sur les rachats de 4.600€ par personne. Franchise d’impôt sur cette somme.

En cas de décès, transmission du capital sans droits de succession dans la limite de 152.500€ par bénéficiaire.
Prélèvements sociaux17,2%
Dus dans tous les cas
17,2%
Dus dans tous les cas
RetraitsPossibles à tout moment, mais en cas de retrait avant 5 ans, l’avantage fiscal est perdu et le PEA est clôturé (sauf cas exceptionnels).

En cas de retrait après 5 ans, l’avantage fiscal est acquis et des versements complémentaires sont autorisés.
Possibles à tout moment, sans clôture du contrat et avec possibilité de faire des versements ultérieurs.

En cas de retrait avant 8 ans, l’imposition est due sur la partie des gains retirés, sans avantage fiscal.

En cas de retrait après 8 ans, l’avantage fiscal est acquis.
FraisPrincipalement frais de courtage à l’achat et/ou à la vente

Droits de garde / tenue de compte si facturés par l’établissement
+ éventuellement, frais relatifs aux produits d’investissement (ex.: frais de gestion d’un fonds/ETF, etc.)
Frais de gestion du contrat d’assurance-vie

En fonction de ce que facture l’établissement :
– Frais de versements
 – Droits d’arbitrage 

+ éventuellement, frais de transactions, frais relatifs aux produits d’investissement (ex. frais de gestion prélevés par un fonds/ETF, etc.)
Niveau de risqueRisqué car investi en supports actionsPossibilité d’investissement du plus sécurisé avec le fonds euros, jusqu’au plus risqué avec les supports actions.

 Les différents supports d’investissement du PEA et de l’assurance-vie

Si l’assurance-vie et le PEA offrent tous deux la possibilité de se positionner sur les marchés actions, il existe de nombreuses différences entre les deux supports. Il est important de bien connaître les possibilités d’investissement de chaque compte pour en tirer le potentiel maximum.

Sur le PEA

L’investissement est limité à des supports actions. C’est donc un placement avec un risque de perte en capital, qu’il faut effectuer en connaissance de cause et selon une stratégie établie. En théorie, le nombre de produits financiers accessibles sur le PEA est le même, quel que soit l’établissement. Dans la réalité, il va dépendre de l’offre proposée par le courtier ou la banque. Pour être éligibles au PEA, les actions, OPCVM et ETF doivent être investis au minimum à 75% dans des titres de sociétés domiciliées dans un pays de l’Union européenne. 

Si la réglementation semble contraignante en restreignant l’investissement au marché européen, il faut savoir que grâce aux ETF à réplication synthétique, il est désormais possible d’élargir cet horizon. En effet, ces ETF éligibles au PEA offrent la possibilité d’investir sur d’autres zones géographiques, et même sur le marché mondial en répliquant par exemple l’indice MSCI World.

Si tu souhaites ouvrir un PEA, il est primordial de comparer les possibilités d’investissement offertes par le courtier. Si tu n’as pas encore fait ton choix, notre article pour trouver le meilleur PEA pourra t’aider dans cette démarche. 

Sur l’assurance-vie

Les possibilités d’investissement sur un contrat d’assurance-vie sont différentes de celles d’un PEA. Elles sont en fait difficilement comparables. Si on se place uniquement du point de vue des actions, le PEA apporte en général beaucoup plus de possibilités d’investissement, que ce soit sur les titres en direct ou les ETF. Si on raisonne en matière de classe d’actifs, l’assurance-vie offre plus de diversité : investissement sur un fonds euro sécurisé, obligations, actions, fonds internationaux, immobilier, etc. Cependant, toutes ces possibilités sont contraintes par le package déterminé par l’assureur et le distributeur. Certains contrats n’offrent qu’une dizaine d’options d’investissement possibles quand d’autres en proposent des centaines. C’est le cas par exemple du contrat Darjeeling distribué par Placement-Direct.fr qui offre près de 1.000 supports d’investissement à ses souscripteurs.

Contrairement au PEA, il n’y a pas de notion d’éligibilité ou de réglementation pour les titres accessibles sur une assurance-vie. Toutefois, cette contrainte est souvent compensée par les limites apportées par les assureurs et les distributeurs. Comme nous venons de le dire, certains contrats offrent finalement très peu d’options d’investissement. En fonction de tes besoins et de ta stratégie, il te faudra choisir le contrat correspondant. Mais pas de panique, aujourd’hui de nombreux distributeurs proposent des contrats généralistes avec un très grand choix de supports. Si tu souhaites ouvrir une assurance-vie, n’hésite pas à consulter notre guide de la meilleure assurance-vie. Tu auras ainsi un panel de contrats performants du marché avec les possibilités d’investissement associées.

Les avantages fiscaux du PEA et de l’assurance-vie

Le PEA et l’assurance-vie sont deux enveloppes fiscales. Cela signifie qu’ils procurent des avantages fiscaux à leurs souscripteurs en échange du respect de certaines conditions (durée de détention minimum, investissement sur des produits éligibles, etc.). Quels sont les avantages fiscaux du PEA et de l’assurance-vie ? Qui de l’assurance-vie ou du PEA est le plus intéressant fiscalement ?

Type d’impositionPEAAssurance-vie
Impôt sur les gains (plus-values, dividendes, coupons)Avantage fiscal : exonération des 12,8% d’impôt sur les gains (plus-value, dividendes, coupons) si le PEA est détenu plus de 5 ans.

Perte des avantages fiscaux si des retraits interviennent avant 5 ans (sauf exception).
Avantage fiscal : Exonération d’une partie de l’impôt sur les gains si l’assurance-vie est détenue plus de 8 ans, et pour les versements <150.000€.

Taux d’imposition : 7,5% au lieu de 12,8%.
Au-delà de 150.000€, c’est le taux de 12,8% qui s’applique.

Possibilité de bénéficier chaque année (après les 8 ans) d’un abattement sur les rachats de 4.600€ par personne. Franchise d’impôt sur cette somme.
Prélèvements sociaux sur les gains réalisés17,2%
(Toujours dus)
17,2%
(Toujours dus)
En cas de successionLe PEA est clôturé. Quel que soit son âge, les gains sont exonérés des 12,8% d’impôt sur la plus-value. Seuls les 17,2% de prélèvements sociaux sont dus.

La totalité du PEA entre dans l’actif successoral pour le calcul des droits de succession.

Pas de démembrement possible du PEA.
– Si les versements ont été effectués avant  70 ans : exonération des droits de succession à hauteur de 152.500€ par bénéficiaire ; 20% pour les montants de 152.501€ à 852.500€ ; 31,25% au-delà.

– Si les versements ont été effectués après 70 ans : exonération des droits de succession à hauteur de 30.500€ par bénéficiaire ; au-delà droits de succession. 

Grâce à l’exonération totale d’impôt sur la plus-value après 5 ans de détention, le PEA apparaît plus favorable fiscalement. Cependant, s’il s’agit de faire des retraits réguliers après 8 ans, l’abattement sur les rachats de l’assurance-vie est clairement intéressant. De plus, en cas de succession, l’avantage va incontestablement à l’assurance-vie qui est le support financier privilégié pour préparer la transmission de son patrimoine. La fiscalité de l’assurance-vie en cas de succession est un sujet complexe avec de nombreuses particularités. Si tu souhaites en savoir plus, tu peux consulter notre guide assurance-vie qui traite de ce sujet.

Les frais du PEA et de l’assurance-vie

Le PEA et l’assurance-vie ont un fonctionnement différent. De ce fait, ils ne supportent pas forcément les mêmes frais. Pour le PEA, certains frais sont définis par le courtier ou la banque, d’autres sont inhérents aux produits. Pour l’assurance-vie, les conditions sont prévues dès la souscription du contrat. Elles sont négociées entre l’assureur et le distributeur. Il faut bien en prendre connaissance avant de se lancer dans la souscription d’un contrat. Quelles sont les spécificités des frais du PEA et de l’assurance-vie ?

Les frais du PEA

Il est important de noter que depuis 2020, la majorité des frais du PEA sont réglementés. Des plafonds sont à respecter par les établissements financiers. Le PEA comporte trois grands types de frais :

  • les frais de gestion du compte : droits de garde, tenue de compte, clôture, transfert, etc. La plupart des courtiers en ligne facturent très peu de frais de gestion. C’est un point qu’il est possible de minimiser facilement en choisissant le bon prestataire pour son PEA. 
  • les frais de transaction et de courtage : c’est la partie la plus importante des frais sur un PEA. Comme pour les frais de gestion, cette partie dépend de la banque ou du courtier. De nombreux intervenants proposent des frais de courtage très bas sur de nombreux produits. C’est un point important à comparer quand tu souhaites ouvrir ton PEA. En effet, il faut bien cibler tes besoins et évaluer quelle sera ton activité sur les marchés. Il n’est pas nécessaire d’avoir les meilleurs tarifs sur les bourses asiatiques, ou d’avoir un forfait pour passer 200 ordres par mois, quand tu souhaites mettre en place une stratégie de buy-and-hold sur ton PEA par exemple. Tu trouveras dans notre guide PEA un comparatif des meilleurs plans d’épargne en actions du marché.
  • les frais liés aux produits : frais de gestion des OPCVM et ETF, commission de surperformance d’un fonds, etc. Ces frais sont prélevés directement sur la performance du fonds et ils sont définis par le gestionnaire du produit. Les droits de souscription ou d’entrée sur un OPCVM sont aussi imposés par la société de gestion. Cependant, sur ce point, certains courtiers peuvent avoir des accords de partenariats qui leur permettent de proposer des droits réduits sur certains fonds.

Ces questions ne sont pas négligeables, car les frais peuvent vite empiéter sur le rendement final. Aujourd’hui, il est possible de trouver des offres de courtiers en ligne permettant une gestion très simple du PEA à des coûts réduits au minimum. Tu peux consulter notre article dédié aux frais du PEApour plus de détails sur ce sujet.

Les frais de l’assurance-vie

Nous en avons déjà parlé, l’assurance-vie est un package géré par un assureur et commercialisé par un distributeur. Les frais interviennent à différents endroits du contrat, et ils sont souvent prélevés directement sur la performance, ce qui les rend difficiles à identifier.

On peut lister plusieurs grandes catégories de frais sur les contrats d’assurance-vie :

  • Les frais sur versement initial ou complémentaire : ce sont les plus visibles et les plus simples. Généralement de l’ordre de 2 à 4% dans les banques traditionnelles, ils tendent à disparaître chez les distributeurs en ligne.
  • Les frais de gestion du contrat : ces frais sont toujours prélevés. Ils sont destinés à rémunérer le gestionnaire du contrat, en l’occurrence l’assureur. Ils se situent en général entre 0,3% et 1% du montant de l’encours.
  • Les frais d’arbitrages : ils sont prélevés quand il y a des modifications dans l’allocation des actifs et des changements de supports. Comme pour les frais sur versements, ils tendent à disparaître chez les distributeurs en ligne. Charge à toi d’effectuer les arbitrages en ligne de façon autonome.
  • Les frais de gestion des produits : comme pour le PEA, certains frais sont liés aux produits eux-mêmes. Souvent prélevés sur le rendement généré, ils sont difficiles à identifier. Il peut s’agir de frais de gestion d’un fonds ou d’un ETF, d’une commission de surperformance, etc.

Au final,on constate que les frais sur l’assurance-vie sont plus nombreux et plus lourds que les frais sur un PEA. Certains, comme les frais de gestion du contrat par exemple, sont inexistants sur un PEA. L’assurance vie quant à elle entraîne une double facturation au niveau de la gestion : gestion du contrat + gestion du produits (facturé par la société de gestion).

Les banques et assureurs traditionnels prélèvent en général toutes ces lignes de frais. De nouveaux intervenants, comme des distributeurs en ligne ou des courtiers, viennent bousculer le marché en proposant des offres plus compétitives. Pour comparer les frais des principaux contrats du marché, n’hésite pas à consulter notre guide sur la meilleure assurance-vie.

Bien que proches, PEA et assurance-vie présentent chacun des caractéristiques différentes. Loin de s’opposer, ces deux placements sont plutôt complémentaires. Le bon conseil est de prendre date rapidement sur ces deux supports, d’une part pour absorber le délai afin d’obtenir les avantages fiscaux, et d’autre part pour se laisser toutes latitudes de faire évoluer son portefeuille. Avec un PEA et une assurance-vie, tu es sûr de cocher toutes les cases.

FAQ – Questions fréquentes

Quelles sont les principales différences entre un PEA et une assurance-vie ?

Peut-on ouvrir un PEA et une assurance-vie ?

Faut-il mieux souscrire des ETF sur un PEA ou une assurance-vie ?