Guides
Comparatifs

Frais assurance-vie : combien coûte mon contrat ?

Tu te demandes combien va te coûter ton assurance-vie ? C’est effectivement une question importante à se poser. L’assurance-vie offre de nombreuses possibilités de placements, mais cela a aussi un coût. Plusieurs types de frais interviennent à différents endroits du contrat. Mais pas de panique ! En ayant une bonne connaissance de ces coûts, il est tout à fait possible de limiter les frais assurance-vie.

💡

À savoir
  • Il y a deux grandes catégories de frais liés à l’assurance-vie : les frais liés au contrat et les frais liés aux supports d’investissement. Ces deux types de frais sont cumulatifs.
  • Les frais liés au contrat sont les frais de versement, les frais de gestion, les frais d’arbitrage et les frais de rachat.
  • Les frais liés aux supports d’investissement sont les frais d’achat ou de vente des fonds, les frais de gestion des produits et parfois des frais de surperformance.
  • Si tu choisis l’assurance-vie en gestion sous mandat, il peut y avoir des frais supplémentaires pour ce service.

Pourquoi faut-il être vigilant sur les frais de l’assurance-vie ?

On peut être tenté d’ouvrir une assurance-vie à l’endroit où c’est le plus simple, par exemple dans sa banque traditionnelle. Ce n’est pas forcément une option judicieuse. En effet, il y a de grandes chances que les frais soient élevés, et le contrat cantonné à des produits “maison” de la banque. 

L’assurance-vie : une structure de frais complexe

Pour comprendre les frais de l’assurance-vie, il faut connaître son fonctionnement. L’assurance-vie est un placement très complet, qui réunit différents intervenants (assureur, distributeur, gérant en cas de gestion sous mandat), mais aussi des supports d’investissement divers. C’est cette structure particulière qui a conduit au fil du temps à une certaine lourdeur dans la gestion. Le système de frais est complexe et à plusieurs couches (chaque intervenant devant se rémunérer), peu standardisé et manquant souvent de transparence. La situation devrait cependant quelque peu s’améliorer. En effet, grâce à l’arrêté du 24 février 2022, les banques et assureurs ont l’obligation depuis juin 2022 de proposer à leurs clients un tableau clair et standardisé des frais assurance-vie.

Un marché dynamique qui favorise la baisse des frais de l’assurance-vie

Alors que les banques traditionnelles ont peu évolué et continuent de proposer des contrats coûteux et peu flexibles, d’autres acteurs en ligne ont commencé à dépoussiérer l’assurance-vie. C’est pour cela qu’il est important de prendre le temps de faire un comparatif des offres pour voir le contrat qui va répondre à tes besoins, mais aussi qui est bien positionné au niveau des frais. Ne pas avoir à payer de frais de versements et ni de frais d’arbitrage, par exemple, semble un minimum. 

Pour schématiser, il existe deux grands types de frais sur l’assurance-vie : les frais liés au contrat en lui-même, et les frais liés aux supports d’investissement. Faisons un tour d’horizon de tous les types de frais pouvant être prélevés sur l’assurance-vie.

Les frais assurance-vie liés au contrat

Les frais liés au contrat sont incompressibles. On peut les réduire au minimum, mais aucun assureur ne peut se permettre de proposer un contrat sans aucun frais. Les différents intervenants doivent à un moment se rémunérer. Si certains frais disparaissent sur les contrats des nouveaux acteurs en ligne, les frais de gestion sont pour l’instant toujours d’actualité.

Les frais d’entrée assurance-vie

Ce sont des frais sur les versements (versement initial à l’ouverture du contrat ou complémentaire). Il n’y a pas à proprement parler de frais d’ouverture sur un contrat d’assurance-vie. Les frais initiaux, s’ils existent, sont toujours liés au montant versé. Par exemple, tu souhaites verser 50.000€ sur un contrat et les frais sont de 1%. Le montant net de ton investissement va donc être de 49.500€. Avant même d’avoir commencé tes investissements, tu as déjà versé 500€ de frais.

Ces frais sont touchés par le distributeur du contrat. Ils sont  souvent prélevés par les banques traditionnelles et peuvent être élevés, de l’ordre de 2% à 4%. 

La plupart des distributeurs en ligne ont des frais à 0%. Aujourd’hui, de nombreux contrats performants ont des frais d’entrée gratuits. Cela semble une condition sine qua non dans la sélection d’une assurance-vie.

Les frais de gestion assurance-vie

C’est la rémunération de l’assureur qui gère le contrat. Ces frais sont incompressibles. Les assureurs n’ayant pas une activité philanthropique, ils doivent à un moment se rémunérer. Ces frais de gestion sont prélevés par l’assureur sur tous les fonds (UC et fonds euros). Ils se situent en moyenne entre 0,5% et 1% par an, et sont appliqués sur la valorisation totale du contrat. Ils peuvent parfois être différents pour les UC et les fonds euros. En effet, l’intervention des gérants est différente en fonction des supports, et ne demande pas forcément le même niveau de rémunération.

Les frais d’arbitrage

Ces frais sont facturés lors du passage d’un support à un autre en cas de changement de la répartition du capital investi. Cela prend en compte les arbitrages entre fonds en euros et en unités de comptes, mais également entre les UC.

Ces frais peuvent être en pourcentage du montant arbitré, mais ils sont parfois aussi forfaitaires. Dans la majorité des cas, les arbitrages gérés en ligne sont gratuits. D’autres contrats peuvent prévoir quelques arbitrages gratuits chaque année.

Les frais de transaction spécifiques à certains produits

Comme nous le verrons un peu plus loin, les différents supports d’investissement supportent leurs propres frais, prélevés par leur gestionnaire. Cependant, sur certaines catégories d’investissement, l’assureur peut prélever des frais de gestion spécifiques. Ce sont des frais de transaction, que l’on peut comparer à des frais de courtage. C’est le cas par exemple des ETF ou des actions en direct. Ces investissements n’ont pas de droits d’entrée. Cependant, l’assureur prélève généralement une petite commission supplémentaire pour leur gestion.

Les frais de rachat d’assurance-vie

Ce sont les frais de sortie de l’assurance-vie, en cas de rachat partiel ou de rachat total. Ils tendent à disparaître, même dans les banques traditionnelles. Rares sont les contrats qui facturent encore des frais de rachat.

Les frais d’arrérage

Assez méconnus, les frais d’arrérage sont prélevés lors d’une sortie en rente de l’assurance-vie. Ils font partie des frais cachés dans les contrats, car au moment de la souscription on ne pense pas forcément que l’on sortira de son contrat en rente au moment de la retraite. Fort heureusement, comme pour les frais de rachat, les assurances-vie qui en facturent sont de plus en plus rares. Cependant, cela reste un point à vérifier avant de souscrire.

🚀

Compare les meilleurs contrats du marché
Si tu souhaites comparer les frais des différentes assurances-vie du marché, tu peux consulter notre article sur les meilleures assurances-vie du marché. Tu y trouveras tous les détails sur les frais prélevés et les supports de gestion proposés.

Assurance-vie : ne pas oublier les frais liés aux supports d’investissement

Comme nous l’avons vu, il existe plusieurs niveaux de frais dans un contrat d’assurance-vie. Certains sont liés au contrat en lui-même (c’est ceux que nous avons vus dans le paragraphe précédent), et d’autres sont liés aux supports d’investissement.

Les frais d’entrée sur les fonds gérés 

Quand tu achètes des fonds gérés en unités de compte, il y a parfois des frais d’achat qui sont prélevés. C’est le cas notamment pour les OPCVM ou les parts de SCPI. Ce sont souvent certaines petites sociétés de gestion, ou des sociétés prestigieuses, qui demandent de payer le prix pour accéder à leurs fonds. Ces frais ne sont pas systématiques, et les fonds en unités de compte ne prélevant pas de frais d’entrée sont de plus en plus nombreux.

Ces frais sont prélevés par la société de gestion qui gère le fonds.

Les frais de gestion des fonds

Souvent transparents (la performance des fonds étant donnée nette de frais de gestion), ils sont pourtant bien présents. Tu peux les trouver dans le DICI du fond. C’est un pourcentage de ton encours sur le fonds que la société de gestion prélève pour couvrir ses frais et se rémunérer. 

Certains fonds venant de maisons prestigieuses prélèvent souvent des frais de gestion élevés. La performance est censée être au rendez-vous, mais ce n’est pas forcément le cas. Rappelons qu’avec un simple ETF répliquant le marché, tu as plus de chances d’avoir une meilleure rentabilité que sur un fonds à gestion active, avec en plus des frais de gestion largement inférieurs. 

Les frais de surperformance

Ces frais sont parfois méconnus, mais ils tendent à se développer. En effet, de plus en plus de fonds ne prélèvent pas de frais d’entrée, mais demandent des frais de surperformance. Ces frais sont dus uniquement si le fonds atteint une certaine performance. L’idée est d’avoir un échange gagnant-gagnant avec le client. Si le fonds performe, tout le monde en profite, souscripteur comme gérant. Les petites sociétés de gestion qui cherchent de belles performances sont notamment enclines à prélever ces types de frais. 

Les frais de surperformance s’ajoutent aux frais de gestion du fonds. Comme pour les autres frais liés aux supports d’investissement, ils sont mentionnés sur le DICI. 

La gestion pilotée assurance-vie : combien ça coûte ?

Si tu ne souhaites pas t’occuper de tes investissements, tu peux déléguer la gestion de ton contrat d’assurance-vie à une société de gestion. Souvent proposée par les assureurs, cette option vient cependant ajouter une couche de frais supplémentaires, sans pour autant te garantir de meilleures performances. L’assurance-vie est ponctionnée à de nombreux niveaux. Choisir la gestion sous mandat assurance-vie vient donc augmenter l’addition des frais, et diminuer d’autant la rentabilité du contrat. Les frais de gestion pilotée sont généralement inférieurs à 1%. Le montant peut paraître faible, mais il ne faut pas oublier qu’il vient s’ajouter à tous les autres types de frais. 

Certains contrats d’assurance-vie en gestion pilotée comme Nalo ou Yomoni sont opérés par des robo-advisors et investis uniquement sur des ETF. Ces assurances-vie affichent donc un coût bien inférieur aux gestions pilotées classiques. Ça peut être une option intéressante (tout du moins au niveau des frais) si tu souhaites t’orienter dans cette voie.

Une assurance-vie sans frais, c’est possible ?

Comme nous l’avons vu, les frais d’une assurance-vie interviennent à de nombreux endroits et rémunèrent des intervenants différents. Il n’est pas possible de trouver aujourd’hui une assurance-vie sans frais.

Toutefois, les courtiers en assurance en ligne et les banques en ligne ont bousculé le marché des banques traditionnelles. Les frais de versements, qui étaient il y a encore peu de temps incontournables, ont complètement disparu des offres en ligne. De même, les frais d’arbitrage ne sont quasiment plus prélevés et les frais d’entrée sur les fonds en unités de compte sont de plus en plus rares. Les offres en ligne sont plus souples, avec plus de possibilités d’investissement, et avec des coûts bien inférieurs aux contrats classiques.

FAQ – Questions fréquentes

Peut-on négocier les frais assurance-vie ?

Pourquoi y a-t-il des frais de versement assurance-vie ?

Combien coûte une assurance-vie ?

Quand sont prélevés les frais de gestion assurance-vie ?