Comment Investir en Bourse – guide complet

Intéressé par la bourse depuis plusieurs années ou simple débutant en quête de conseils et de bonnes pratiques ? Cet article va te donner les clés de l’investissement boursier. Il ne s’agit pas ici de donner des informations concernant telles ou telles actions ou des « tuyaux » pour devenir riche en 1 mois, mais plutôt d’investir de façon raisonnée sur le long terme.

À savoir
  • La bourse, c’est une place de marché qui met en relation des acheteurs et des vendeurs de titres. C’est ici, par cette rencontre, que sont fixés les prix.
  • Tu peux y acheter différents titres, tels que des actions, des obligations ou encore des parts de fonds (trackers, ETF et OPCVM). 
  • Investir en bourse, c’est faire fructifier son argent à long terme en profitant du développement d’une entreprise, d’un marché ou même d’une économie en général.
  • Pour investir en bourse tu dois détenir un compte spécial : un compte-titres, un PEA (ou PEA-PME) ou une assurance vie.
  • Tu peux souscrire à un tel compte auprès d’une banque traditionnelle, d’une banque en ligne, de courtiers en ligne ou encore auprès d’un néo courtier. L’ouverture est généralement gratuite et ne prend que quelques minutes.

 

Comment ça marche ?
  • Investir en bourse n’est pas bien compliqué, mais il te faudra tout de même quelques bases
  • Forme et informe toi pour comprendre dans quoi tu investis, c’est primordial.
  • Investir en bourse présente des risques. Ces risques diminuent cependant avec l’horizon de placement. Raison pour laquelle il est important d’investir sur le long terme et de ne pas investir de l’argent que tu pourrais avoir besoin à court/moyen terme.
  • Ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. La diversification est le maître-mot de l’investissement.
  • Commence à investir tôt (pour maximiser l’effet des intérêts composés) et fais le de manière régulière. Tu peux même automatiser le processus d’investissement.
  • Les ETF te permettent d’investir de façon passive dans un grand panier d’actions, qui réplique la performance d’un secteur, d’un marché ou même de toute une économie. C’est donc une très bonne option si tu souhaites investir sur le long terme, de manière régulière et diversifiée. 
Sommaire

 Investir son argent : c’est quoi l’investissement ?

Investir vs épargner

Investir et épargner sont deux choses complètement différentes. 

L’épargne correspond à la partie de ton revenu mensuel que tu ne dépenses pas et que tu mets de côté. Pour la plupart des personnes, épargner c’est donc placer chaque mois une partie de son argent sur un livret d’épargne, par exemple sur son livret A. L’idée étant de se constituer une réserve pour d’éventuels coûts durs ou pour financer un projet. 

L’avantage de cette épargne est qu’elle est flexible, accessible à tout moment et sans risque. 

Le problème, c’est qu’en réalité, même s’il s’agit d’une épargne rémunérée et que tu perçois quelques intérêts sur ton placement, tu perds de l’argent chaque année. Pourquoi ?

Tu as certainement déjà entendu parler de l’inflation. L’inflation c’est le fait que chaque année, les prix augmentent et que la valeur de ton argent diminue. Le pouvoir d’achat d’1€ en 2010 n’était pas le même que celui d’1€ aujourd’hui. 

L’inflation n’est en soit pas problématique. Ce qui est plus dérangeant c’est qu’actuellement les taux d’intérêts sont historiquement bas (voir même négatifs) et qu’ils sont inférieurs au taux d’inflation. La Banque de France prévoit un taux d’inflation de 1,5% pour l’année 2021, alors que le taux d’intérêt du Livret A (et c’est un des livrets d’épargne le plus rémunérateur) se situe à 0,5%.  

Tu l’auras compris en faisant ton petit calcul, tu perds donc systématiquement 1% de ton épargne chaque année. Nous reviendrons sur ce point plus tard.

L’alternative ? Investir son argent. Tu peux investir dans tout un tas de choses, l’immobilier et la bourse étant les plus répandus, il existe des investissements plus exotiques comme l’art, les montres, le vin, les voitures de collection, les timbres, etc. 

L’investissement c’est quoi ? C’est le fait de placer son argent dans le but d’obtenir un rendement. Dans le cas de l’investissement en bourse plus spécifiquement, c’est profiter du développement d’une entreprise, d’un marché ou même de toute une économie pour faire un retour sur investissement positif dans le long terme. 

L’investissement comporte des risques. Par contre, ce risque diminue fortement sur le long terme. À vrai dire, le risque est même inférieur à celui de perdre de l’argent sur un livret d’épargne, car là, ce n’est pas un risque mais une certitude. 

Investir vs Spéculer

Si tout investissement comporte un certain risque, le fait de spéculer en est même le synonyme. 

Spéculer c’est mettre de l’argent dans un titre (action ou autres) et de parier sur une appréciation ou une dépréciation de celui-ci à court terme. Le but étant d’acheter à un certain prix et de revendre un peu plus tard à un prix plus élevé pour réaliser un profit. 

D’une manière générale, plus le risque est élevé, plus le rendement potentiel l’est, mais aussi la perte. En spéculant on prend donc consciemment un risque dans le but de réaliser un rendement significatif et supérieur à la moyenne. 

Acheter l’action d’une entreprise parce qu’on croit que celle-ci va prendre de la valeur à court terme est de l’ordre du pari. 

Prenons un exemple virtuel inspiré du contexte actuel : tu as entendu parler d’une entreprise pharmaceutique qui développe un médicament contre le covid 19. Tu te dis : “si j’achète maintenant, l’action va monter, je pourrais la revendre beaucoup plus cher et réaliser un bénéfice important”. Certes, mais si le médicament ne voit jamais le jour, l’action risque de chuter et tu réalisera une forte perte. Tu auras joué…et perdu.

Même les professionnels de l’investissement perdent souvent à ce jeu. 

La bourse c’est quoi ?

La bourse est une place de marché où sont misent en relation des personnes souhaitant acheter des titres et des personnes souhaitant en vendre. C’est de cette rencontre entre l’offre et la demande qu’est déterminé le prix d’un titre. Ce processus s’effectue aujourd’hui via ordinateurs de façon complètement automatisée.

Le rôle d’une bourse, c’est donc de faire rencontrer l’offre et la demande et de déterminer le prix qui en découle. Différents types de titres sont échangés à la bourse. Une grande partie d’entre eux sont adossés à des actions.

Il existe des places boursières dans le monde entier :

  • En Amérique 

Il existe 3 bourses importantes en Amérique. La première bourse mondiale en capitalisation boursière est la bourse de New York ou NYSE (New York Stock Exchange). Elle est également surnommée Wall Street en raison de sa localisation au 68-70 Wall Street dans le sud de Manhattan. Il existe également le Nasdaq qui regroupe généralement les valeurs technologiques ou encore la bourse de Toronto au Canada, 3ème bourse du continent en capitalisation boursière.  

  • En Europe 

Euronext a été fondée en 2000 et occupe la première place du continent européen. Elle regroupe les bourses des Pays-Bas, du Portugal, de la Belgique, de la France, de l’Irlande, de l’Italie et de la Norvège. Il y a également la bourse de Londres, deuxième bourse du continent. Elle était initialement la première bourse mondiale avant de se faire détrôner par la bourse de New York à la fin de Première Guerre mondiale. D’autres bourses sont également à connaître : la bourse de Francfort ou Deutsche Boerse, la bourse de Zurich et celle de Madrid.

  • En Asie

La première bourse du continent reste la bourse de Tokyo ou Tokyo Stock Exchange (TSE), elle représente un quart de la capitalisation boursière de Wall Street. Elle est suivie de près par les bourses de Shanghai ou de Hong Kong.

Investir en bourse, c’est quoi ?

Une action n’est rien d’autre qu’une part de propriété d’une entreprise. Ces parts sont échangées au sein d’une bourse, où elles peuvent être achetées et vendues.

En achetant une action, tu deviens actionnaire, donc propriétaire d’une partie de l’entreprise. Ce statut de propriétaire confère notamment le droit de bénéficier des gains de l’entreprise, proportionnellement aux parts que tu détiens. 

D’autres droits peuvent être associés à la détention d’une action. Par exemple, le droit de vote et le droit de participer à l’assemblée générale de l’entreprise. 

Investir en bourse, c’est donc acheter des actions de sociétés cotées en vue de profiter de leur développement.

Comment gagner de l’argent en bourse?

Il existe deux manières de profiter du développement d’une entreprise et de gagner de l’argent avec une action. On peut :

  • Profiter de l’augmentation du cours d’une action

Comme nous l’avons vu plus haut, le prix d’une action est déterminé par la bourse selon l’offre et la demande. Ce prix varie dans le temps, à la baisse comme à la hausse, c’est ce qu’on appelle le cours d’une action.

Si tu achètes une action, c’est en général parce que tu crois au développement positif d’une entreprise. Si beaucoup d’autres personnes pensent la même chose, le cours de l’action va augmenter.

Si tu gardes une action pendant quelque temps, et que le cours monte, tu pourras la vendre à un prix supérieur à celui que tu as payé en l’achetant. Tu auras donc fait une plus-value.

  • Soit profiter du versement d’un dividende

Lorsque tu achètes une action, tu deviens propriétaire d’une partie de l’entreprise. En contrepartie de ton investissement et de la prise de risque associée, les entreprises peuvent verser à leurs investisseurs un dividende.

Ce dividende correspond à une partie du bénéfice, que l’entreprise peut décider de verser une fois par an (une fois par trimestre aux États-Unis).

Généralement, le versement ou non d’un dividende est voté par les actionnaires au moment de l’assemblée générale. 

La distribution d’un dividende n’est pas obligatoire. Une entreprise peut très bien décider de réinvestir la totalité de ses bénéfices dans de nouveaux projets rentables au lieu de les distribuer. 

Pourquoi investir en bourse ?

Contrairement aux idées reçues, on peut investir en bourse sans spéculer.

Quand on suit la bourse de loin (ou pas du tout), ce que l’on entend c’est : krach, hausse record, casino, risque, spéculation,…le tout saupoudré d’anglicismes et de jargon. Tout cela n’est pas très rassurant et provoque de la méfiance. En réalité, la situation est plus nuancée et il existe de bonnes raisons pour oser le pas.   

Investir en bourse reste un très bon moyen de faire fructifier son épargne, à condition de le faire correctement. Voici quelques raisons pour te lancer.

Une performance inégalée sur le long terme

En général, la raison principale qui pousse à investir en bourse est de faire fructifier son capital, donc de gagner de l’argent. 

C’est actuellement même un des seuls moyens pour le faire : dans l’environnement de taux bas (voir de taux négatifs) dans lequel nous nous trouvons, l’épargne classique (sur livret d’épargne par exemple) et même l’investissement en obligations (d’entreprise ou d’État) ne rapportent plus rien. 

Investir en bourse est donc le seul moyen restant pour faire travailler son argent. Il s’agit d’investir sur le long terme et non de spéculer sur le court terme. Nous t’en dirons davantage dans la suite de l’article.

Les intérêts composés 

Les intérêts composés, c’est le fait de percevoir des intérêts sur tes intérêts. 

On t’explique. Quand tu places de l’argent, tu perçois des intérêts sur ton capital investi, qui viennent s’ajouter à celui-ci. Tu recevras à nouveau des intérêts la période d’après, mais cette fois sur un capital plus important (capital + intérêts de la période d’avant).

Les intérêts génèrent donc à leur tour des intérêts. La courbe d’évolution de ton capital avec intérêts composés est une courbe exponentielle. 

Prenons un exemple : si tu investis une fois 5.000€ avec un rendement moyen de 7% par an (environ la rentabilité que tu peux attendre d’un portefeuille boursier bien diversifié) sur 10 ans, tu auras à la fin : 9.836€ ! Donc quasiment le double.

Le livret A lui aussi fonctionne avec des intérêts composés, sauf que le rendement annuel est actuellement de 0,5% et non de 7%. L’effet est donc beaucoup plus faible.

L’intérêt composé est ton allié le plus puissant pour faire fructifier ton argent sur le long terme. Pour te permettre de mieux comprendre ce mécanisme, nous avons même construit un calculateur d’intérêts composés

Contrer l’inflation

Comme évoqué précédemment, l’inflation est une augmentation générale des prix sur une période donnée. 

Nous n’entrerons pas les détails mais en gros cela veut dire que le pouvoir d’achat de 10€ aujourd’hui, est plus faible que celui de 10€ en l’an 2000. 

Ce phénomène est tout à fait normal, sauf que, combiné avec un environnement de taux d’intérêts bas, cela pose problème. Nous allons t’expliquer lequel.

Avec l’inflation ton argent perd en valeur au fil des années, d’où l’intérêt de le placer sur un compte rémunéré (un livret d’épargne par exemple) qui t’apporte plus d’argent en intérêts que tu n’en perds avec l’inflation. Le problème aujourd’hui c’est que ce n’est plus le cas : les taux d’intérêts sont inférieurs au taux d’inflation.

Par exemple, le livret A te rapporte 0,5% alors que le taux d’inflation moyen en 2021 (calculé par la Banque de France) est de 1,5%. Cela veut dire qu’en réalité, en plaçant ton épargne sur un livret A, tu perds 1% par an au lieu d’en gagner 0,5%.

Les livrets d’épargne ont toujours leur rôle à jouer, mais plus en tant qu’épargne de précaution, et non en tant que placement rémunérateur pour faire fructifier ton argent sur le long terme.

Avec un portefeuille boursier bien diversifié, tu peux t’attendre à des rendements autour de 7% par an, donc au-dessus du taux d’inflation.

Comme les économistes aiment bien le dire : “there is no such thing as a free lunch”. En gros, rien n’est gratuit. Si la bourse t’apporte un rendement supérieur aux livrets, c’est qu’elle comporte des risques. 

Le risque lié aux fluctuations des marchés diminue cependant avec ton horizon de placement. D’où l’importance d’investir sur une longue période.

Diversifier ses placements

Ce point rejoint le précédent. Une fois que ta situation financière le permet et que tu as atteint environ l’équivalent de 3 salaires d’épargne de précaution sur ton livret, tu peux commencer à diversifier ton épargne.

Tu peux alors commencer à faire tes premiers investissements. 

La bourse est un excellent moyen d’apporter du rendement dans ton épargne et de la diversifier. D’autant plus que tu peux commencer à investir en bourse avec des sommes très faibles par rapport à d’autres actifs comme l’immobilier par exemple.

Tu auras alors une épargne de sécurité accessible à tout moment, sans risque, et une épargne, certes un peu plus risquée, mais qui va travailler pour toi et générer un rendement à long terme.

Participer à la vie économique

Détenir des actions va t’amener à rester informé sur l’environnement économique et l’actualité des entreprises. Tu vas non seulement apprendre beaucoup de choses mais surtout tu vas t’éduquer financièrement. 

Avec le temps tu vas prendre de meilleures décisions financières et surtout tu pourras les prendre en toute autonomie, sans dépendre d’un conseiller ou d’un commercial. Et ça, c’est notre but.

Investir en bourse, est-ce risqué ?

Beaucoup de personnes ont tendance à penser que la bourse est risquée. Cela n’est en soi pas faux, si on investit de la mauvaise manière.

Si la bourse fluctue sur une courte période, un horizon d’investissement plus long atténue fortement ces mouvements et présente un rapport risque / rendement très intéressant.

En ce qui concerne les risques en bourse, il y a 2 choses que tu dois savoir.

La volatilité

Comme nous l’évoquions, une action fluctue au cours du temps: elle baisse, puis remonte, etc. Plus une action ou un marché fluctue, plus celui-ci est volatile. 

Ton épargne investie sera donc soumise à des mouvements, parfois à la hausse, mais aussi à la baisse. Elle ne sera pas stable. Si tu investis à court terme, tu peux donc être amené à vendre un actif en dessous du prix d’achat et de faire une perte.

La bonne nouvelle, c’est qu’en investissant sur le long terme, tu réduis considérablement le risque lié à la volatilité. Ton investissement va certes bouger à court terme, mais ce qui compte c’est qu’au bout de ta période d’investissement longue, le rendement moyen soit positif.

Le risque de perte en capital

La logique est simple : si tu investis dans une entreprise et que celle-ci coule, tu perds ton investissement.

Il est très important de savoir que même si une action chute, tu ne réalises une perte qu’au moment de la vendre, pas avant. Si tu la gardes et qu’elle remonte à son niveau initial tu n’auras rien perdu. 

C’est pour minimiser ce risque que nous vous recommandons de privilégier les placements diversifiés (des ETF par exemple, que nous expliquerons plus bas) à l’achat d’actions individuelles. La logique : si tu possèdes une action et que l’entreprise coule, tu perds tout. Si tu possèdes un panier de 40 actions différentes et qu’une de ces entreprises coule, c’est moins grave.

Comment investir en bourse ?

On parle bien ici d’investir et non de spéculer. C’est-à-dire essayer de faire fructifier son argent tout en évitant de jouer à la loterie. Voici quelques conseils pour savoir comment investir son argent en bourse :

  1. Privilégier le long terme au court terme.

 On appelle cette stratégie “buy and hold”.

Les marchés financiers connaissent des hauts et des bas. Investir sur une courte période peut t’amener à vendre tes titres en période de baisse. Si tu investis à long terme, tu n’es plus soumis à ces mouvements, la performance de ton portefeuille se lisse et augmente petit à petit au fil des années.

  1. Privilégier la diversification au stock-picking

Qu’est-ce que le stock-picking ?

C’est la volonté de “battre le marché” en sélectionnant des titres. On dit qu’on veut surperformer le marché, obtenir une meilleure performance que le marché dans sa totalité.

Ceux qui réussissent sont mis en lumière mais ils sont en réalité très peu nombreux. En revanche, on ne parle que très peu de ceux qui ne réussissent pas et ils représentent la très grande majorité des investisseurs.

D’ailleurs, même les fonds d’investissement gérés activement par des gérants professionnels, qui achètent et vendent des titres en particulier dans le but de surperformer le marché, ne réussissent que rarement sur le long terme (parfois sur des périodes ponctuelles plus courtes, et encore.).

Il faut toujours avoir à l’esprit que miser sur le développement positif d’une entreprise en particulier est toujours un pari sur l’avenir, à court comme à long terme. C’est donc un investissement qui comporte un risque.

Pourquoi diversifier ?

On ne met jamais tous ses œufs dans le même panier.

Plus on diversifie ses investissements, plus on réduit le risque lié à des entreprises individuelles. L’idée : si une entreprise sous-performe une autre surperformera. Les impacts négatifs comme positifs seront réduits mais la performance globale sera lissée. C’est ce qu’on appelle réduire le risque spécifique, le risque inhérent au titre lui-même;

La diversification peut se faire à différents niveaux : au niveau des titres, des secteurs, des régions et des devises et même au niveau des stades de développement économique.

L’ETF est un produit (que nous développerons plus bas) qui te permet justement d’investir non pas dans une action particulière mais dans un large panier d’actions différentes. Ce panier peut être très grand, même à l’échelle mondiale, ce qui t’assure donc une diversification poussée.

Dans quoi investir en bourse ?

De nombreux types de titres sont échangés au sein d’une bourse, on appelle cela des classes d’actifs. Il y a les actions, les fonds d’investissement, les ETF/trackers ou encore les obligations.

Les actions en direct

Comme expliqué précédemment, une action est une part du capital d’une entreprise. Quand tu achètes une action tu deviens actionnaire et de ce fait propriétaire d’une partie de la société.

Acheter des actions en direct correspond à faire du stock-picking. Comme nous l’avons expliqué plus haut dans l’article, c’est une stratégie qui n’est rien d’autre qu’un pari. Elle comporte donc des risques et n’est pas adaptée aux novices. D’ailleurs, la grande majorité des professionnels ne sortent pas vainqueurs de cet exercice.

Les fonds d’investissement

Un fonds d’investissement est un organisme de placement qui permet à plusieurs entités d’investir collectivement dans des actifs. 

On distingue différentes catégories d’organismes de placement collectif. Les OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) sont ceux dont tu vas entendre parler le plus souvent. Parmi ces OPCVM on distingue encore une fois les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable) et les FCP (Fonds Communs de Placement). Nous n’entrerons pas plus dans les détails, mais si tu entends l’un de ces acronymes, tu sauras dorénavant qu’on parle de fonds.

Tu peux t’imaginer un fonds d’investissement comme un pot commun, alimenté par un grand nombre de personnes, dont le contenu est investi et géré par des professionnels de l’investissement.

Au lieu d’acheter des actions en direct, tu achètes donc des parts de fonds. C’est ce fond qui va se charger de sélectionner les titres et d’investir l’argent que tu lui as confié. Généralement, ces fonds sont gérés de manière active.

L’avantage de cette stratégie, c’est que ce sont des gérants professionnels qui prennent les décisions d’investissement. La diversification et la sélection sont donc à priori meilleures que si tu le faisais toi-même. 

Les inconvénients : 

  • On peut considérer ce type de gestion comme du “stock-picking amélioré”. En effet, même si les décisions d’investissement sont prises par un professionnel, fondées sur une connaissance des marchés et des analyses pointues, elles ne se révèlent pas toujours plus justes et les fonds ne battent que rarement le marché.

  • Un autre inconvénient de taille, notamment par rapport à des fonds gérés de façon passive comme les ETF (que nous aborderons juste après) sont les frais perçus pour rémunérer les gérants (et ils ne sont pas négligeables).

Les ETF / trackers

Les ETF, aussi appelés fonds indiciels, fonds passifs ou encore trackers, sont des fonds d’investissement cotés, dont l’objectif est de répliquer la performance d’un indice boursier.

Comme pour le fonds d’investissement classique, il s’agit d’un pot commun qui investit l’argent confié dans un grand panier d’actions. Au lieu de détenir des actions en direct, tu détiens des parts, que tu peux revendre à tout moment.

La grande différence réside dans la méthode de gestion : elle est passive et non active. 

Un ETF réplique un indice de référence (par exemple le CAC40) en achetant toutes les actions contenues dans cet indice, avec la pondération correspondante. L’ETF suivra donc la performance de son indice sous-jacent : si le CAC40 augmente de 1%, ton ETF sur le CAC40 en fera de même.

Les opérations d’achat et de vente nécessaires à la réplication de l’indice sont effectuées sur la base de règles et de façon complètement automatisée. Avec un ETF,  pas de stock-picking effectué par un gérant comme pour la gestion active mais une gestion complètement neutre et automatisée.

Les avantages : des frais réduits car il ne faut pas rémunérer des gérants et une diversification très large qui limite les risques. Il existe des ETF mondiaux qui suivent la performance de l’économie mondiale, la diversification est donc maximale.

Ce produit est particulièrement adapté aux débutants et même recommandé à l’immense majorité des connaisseurs.

Les obligations

Une obligation est un titre de créance. En achetant une obligation, tu acquéris non pas une part du capital comme pour l’action mais une part d’un emprunt émis par une entité (État ou entreprise). Tu ne deviens donc pas propriétaire partiel mais bien créancier. 

Le fonctionnement est simple : tu prêtes de l’argent à une entreprise ou à un État pour une durée déterminée, qui te le remboursera avec un intérêt fixe. 

Il s’agit d’un investissement plus sûr que l’action : en tant que créancier d’une entreprise tu es prioritaire face aux actionnaires (avant de verser un dividende il faut rembourser ses dettes) et tu ne subit pas les pertes. En tant que créancier d’un État, ton débiteur a généralement la réputation de payer ses dettes (ou d’en refaire pour te rembourser). 

Si les obligations sont réputées plus sûres que les actions, elles sont aussi beaucoup moins rentables. Elles sont souvent utilisées dans des portefeuilles pour équilibrer les risques. Les fonds euro d’une assurance vie sont par exemple principalement composés d’obligations d’État et d’entreprise.

Combiner les investissement dans ton portefeuille

Si tu as identifié quelques entreprises qui te plaisent, et que tu es persuadé de la valeur de leurs business model ou qui te convainquent d’une manière ou d’une autre, tu peux les intégrer dans ton portefeuille ou même en créer un deuxième. Il s’agit toujours de stock-picking mais en complément d’un portefeuille bien diversifié, cela est tout à fait acceptable. 

Tu peux ainsi suivre une stratégie qu’on appelle “Core-satellite strategy”. Visuellement, tu peux t’imaginer cette stratégie comme une planète entourée de satellites qui gravitent autour d’elle.

 Elle correspond à diviser ton portefeuille en deux parties :

  • Un noyau composé d’un ou deux ETF. Par exemple 70% dans un ETF mondial et 30% dans un ETF marchés émergents. Ainsi une grande partie de ton portefeuille sera largement diversifié, à coût faible.

  • Des satellites correspondant à des actions particulières que tu as identifiées ou même à des ETF plus spécialisés (il existe par exemple des ETF qui répliquent la performance d’un secteur en particulier ou d’une région)

Combien investir en bourse ?

La bourse s’est aujourd’hui démocratisée, elle n’est plus réservée aux gros portefeuilles, mais est désormais accessible à tous.

Tu peux en effet commencer à investir en bourse avec des sommes très modestes. Certains courtiers exigent un versement minimum lors de l’ouverture de compte (entre 1€ et 1000€ max), ce qui constitue la seule “barrière à l’entrée”. 

En ce qui concerne le montant exact à investir, c’est toi qui décide. Pour te guider voici quelques conseils :

  1. Fais l’état des lieux de tes revenus mensuels.
  2. Déduis le montant nécessaire pour couvrir tes dépenses (alimentation, logement, loisir, etc.).
  3. Détermine la partie que tu souhaites épargner.
  4. Répartis cette partie sur tes différents supports selon ta préférence (livret d’épargne, investissement en bourse, etc.).

Quand investir en bourse ? Quel est le bon moment pour investir en bourse ?

Le bon moment pour investir en bourse est bien entendu quand le marché est bas. Le prix des actions est alors bas et le potentiel d’augmentation est plus important. 

Plus généralement, on achète des actions à prix faible pour les revendre à prix fort, pour maximiser la plus-value. C’est ce qu’on appelle le market-timing. Le seul problème : le market-timing relève du pari. Personne ne peut prédire l’avenir, et personne ne sait à quel moment le marché va monter et quand il va baisser. Même si certains le prétendent…

Le timing perd en importance si tu comptes investir à long terme : même si tu achètes à un prix relativement fort aujourd’hui, à long terme tu peux partir du principe que le prix sera encore plus élevé. 

Si le timing n’est pas déterminant sur le long terme, d’autres points le sont davantage :

  1. Commence à investir tôt. 

Une expression courante dit “time in the market beats timing the market”. En d’autres termes, le temps passé dans le marché est plus important que d’acheter au bon moment. 

En effet, plus tu commences tôt, plus ton horizon d’investissement peut être long et plus tu vas profiter de l’effet des intérêts composés (la courbe exponentielle dont nous parlions plus haut).

  1. Investis à long terme.

On se répète, mais c’est primordial. La bonne stratégie : buy and hold, achète et garde.   

  1. Investis uniquement de l’argent dont tu n’as pas besoin.

Le but est de garder ton investissement sur une longue période. Si tu dois liquider ton investissement (ce qui est possible à tout moment) de façon anticipée, tu peux être amené à vendre à un moment peu propice, quand le marché est bas, donc à perte.

  1. Investis de manière régulière et automatisée.

Essaye d’automatiser au maximum tes investissements (virement automatique, plan d’investissement automatisé, etc.). Si l’argent destiné à ton investissement mensuel est débité de façon automatique (en début de mois par exemple, quelques jours après l’arrivée de ton salaire), il ne sera plus accessible sur ton compte et tu ne seras pas tenté de le dépenser. La règle d’or : toujours se payer en premier.

Certains néo courtiers comme Trade Republic proposent des plans d’investissements automatisés totalement gratuits. Chaque mois à une date déterminée, le courtier passe des ordres d’achats pour les titres et la somme que tu as fixée. 

Sur quoi investir en bourse?

Pour investir en bourse il te faudra un compte spécial. Il existe globalement 4 supports dont chacun a ses spécificités. Ils sont différents mais complémentaires.

Quel support choisir pour investir en bourse ?

Compte-titres ordinaire (CTO)PEAPEA-PMEAssurance-vie
Produits accessiblesTousActions de sociétés européennes
Fonds comportant au minimum 75% d’actions européennes ou trackers éligibles au PEA 
PME ou ETI européennes
Fonds comportant au minimum 75% d’actions éligibles PEA-PME
Fonds en euros ou en unités de compte (fonds actions, obligations, monétaires ou immobiliers)
Plafond en eurosillimitéVersements limités à 150.000€ pour le PEA* et 20 000€ pour le PEA jeuneVersements limités à 225.000€* illimité
Fiscalité PFU de 30% sur tous les revenus (dividendes, plus-values, etc)Contrat de moins de 5 ans:PFU de 30% (12,8% au titre de l’impôt sur le revenu + 17,2% de prélèvements sociaux)
Contrat de plus de 5 ans :17,2% de prélèvements sociaux(exonération de l’impôt sur le revenu)
Contrat de moins de 5 ans:PFU de 30% (12,8% au titre de l’impôt sur le revenu + 17,2% de prélèvements sociaux)
Contrat de plus de 5 ans :17,2% de prélèvements sociaux(exonération de l’impôt sur le revenu)
Contrat de moins de 8 ans : PFU de 30% 
Contrat de plus de 8 ans :
17,2% (prélèvements sociaux)+7,5% d’IR jusqu’à 150.000€ et 12,8% au-delà 

Fiscalité avantageuse lors de la transmission
Informations supplémentairesGuide completGuide completGuide completGuide complet
*Les deux plafonds ne se cumulent pas. Si tu as déjà versé 150.000€ sur ton PEA classique, tu ne pourras déposer que 75.000€ sur ton PEA-PME.

Il peut être intéressant d’opter pour une imposition progressive au titre de l’impôt sur le revenu (à la place de la Flat Tax) si ton taux moyen d’imposition est plus faible que 12,8%. Il faudra toutefois s’acquitter des prélèvements sociaux (17,2%). 

Le compte-titres ordinaire

Le compte-titres ordinaire te permet d’investir sur n’importe quel type de produits (des plus classiques aux plus exotiques). L’univers d’investissement est quasi-infini et sans aucune limite géographique (toujours dans la limite de ce que peut t’offrir ton courtier). C’est le compte le plus flexible pour investir en bourse.

Il n’y a pas de limite de versement et tu peux effectuer des retraits à tout moment. 

Contrairement à d’autres types de supports, le compte-titre ne présente cependant pas d’avantage fiscal particulier. Tu devras payer plein pot l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux (ou PFU de 30%) sur tous les revenus générés, sans exonération, ni minoration. Il est en revanche possible d’imputer les moins-values sur les plus-values de la même année, ou sur ceux des 10 années suivantes.

Si tu souhaites en savoir davantage sur le Compte-Titres Ordinaire (CTO), nous te proposons un guide dédié.

Le PEA

Le PEA est un compte-titre un peu particulier. C’est un compte réglementé, tant au niveau du plafond (150.000€) qu’au niveau de l’univers d’investissement (titres et placements collectifs français et européens).

Le PEA peut paraître un peu contraignant, mais ne l’est finalement pas tant que ça. D’autant plus qu’il est extrêmement intéressant au niveau de la fiscalité. En effet, si tu n’effectue pas de retrait anticipé (avant 5 ans) tes gains (dividendes et plus-values) seront exonérés de l’impôt sur le revenu (12,8%). Tu devras uniquement payer les prélèvements sociaux (17,2%). En clair tes gains après 5 ans seront minorés de 17,2% au lieu de 30%.

Pour profiter de cet avantage, tu n’auras cependant pas le droit de retirer de fonds avant la date de maturité. Cela reste possible, mais tu perdras l’avantage fiscal.

Si tu souhaites en savoir davantage sur ce support (qui est vraiment intéressant) un article détaillé sur le PEA est également disponible sur notre site.

PEA-PME

Il fonctionne comme un PEA classique mais ne permet d’investir que sur des PME et ETI européennes. Il est donc considéré comme un PEA complémentaire au PEA classique. Son plafond est de 225.000€. 

Si les deux PEA sont cumulables, les plafonds ne le sont pas : si tu as déjà versé 150.000€ sur ton PEA classique, tu ne pourras déposer que 75.000€ sur ton PEA-PME.

L’assurance vie

L’assurance vie est un support d’investissement régi par le code des assurances. Tu dois donc te tourner vers un assureur pour en souscrire une.

Son principal avantage réside dans la fiscalité. C’est un sujet un peu vaste donc si tu veux avoir tout le détail, nous t’invitons à consulter directement notre Guide Assurance Vie. Pour résumer : 

  • Il s’agit d’un contrat de capitalisation. C’est-à-dire que tant que tu n’effectues pas de retrait (on appelle ça rachat), tes gains seront exonérés d’impôts sur le revenu. Tu bénéficie donc des intérêts composés brut, ce qui accélère et amplifie l’effet. 
  • Lors d’un rachat (partiel ou total) après 8 ans, tu bénéficies d’un avantage fiscal sur les versements inférieurs ou égal à 150.000€. L’impôt sera abaissé de 12,8 à 7,5%, les prélèvements sociaux restent inchangés (17,2%). Donc au lieu de payer 30% tu ne payeras que 24,7%.
  • L’assurance vie est aussi particulièrement intéressante au niveau de la transmission. En cas de décès du titulaire, l’assurance vie permet de transmettre une partie des fonds placés en exonération de droits de succession (jusqu’à 152.500€ par bénéficiaire)

L’inconvénient de l’assurance vie c’est que le choix des investissements peut parfois être un peu restreint. Si les assurances vie multi-supports (fonds en euros + unités de comptes) peuvent encore être intéressantes, les contrats mono-supports (uniquement fonds en euros) le sont de moins en moins. Des frais de gestion s’appliquent sur les contrats, ils varient d’un établissement à l’autre.

Où investir en bourse?

Il existe différents types de prestataires pour investir en bourse. Tu as le choix entre les banques traditionnelles, les banques en ligne, les courtiers en ligne ou encore les « néo-courtiers ».

  • Les banques traditionnelles

Cette catégorie regroupe toutes les banques de réseau. 

Leur principal avantage reste l’assistance d’un conseiller attitré qu’il n’est pas possible d’avoir dans les autres types de banque. Les frais sont en revanche souvent plus élevés.

  • Les banques en ligne

De nombreuses banques en ligne proposent à leurs clients une offre de courtage qui n’a rien à envier aux courtiers purs. L’avantage est que la gestion de la trésorerie et des comptes est facilitée si tu as ton compte courant et tes comptes d’épargne et d’investissement au même endroit. On trouve dans cette catégorie Boursorama Banque, Fortuneo ou Bforbank par exemple.

  • Les courtiers en ligne

Les courtiers en ligne sont des pure-players. Le courtage est leur seule activité. Ils présentent en général une offre très large en termes de types d’instruments financiers et de places boursières. Ces intervenants sont souvent plus compétitifs au niveau des tarifs que les banques en ligne (elles-mêmes plus intéressantes que les banques traditionnelles). Degiro ou Bourse Direct sont actuellement deux des courtiers en ligne les plus connus sur le marché français. 

  • Les « néo-courtiers »

Les néobrokers sont des nouveaux venus sur le marché du courtage. Ils bousculent les codes et simplifient au maximum l’accès aux marchés boursiers. Très performants au niveau technologique, ils sont également innovants et proposent des interfaces (mobile) très épurées et intuitives.

Par exemple, Trade Republic est le premier courtier en France à proposer des plans d’investissement réguliers sans frais, à partir de 10€ d’investissement. Ces plans permettent d’automatiser les investissements (c’est toi qui prédéfinis le rythme, le montant et les titres) et même d’acheter des fractions d’actions pour ceux qui souhaitent investir dans des titres à valorisation importante sans y consacrer un budget trop important (Par exemple : si tu souhaites acheter une action Amazon du devras actuellement débourser plus de 3.500 USD. Avec les fractions d’actions tu peux investir dans l’action Amazon à partir de 10€).

L’objectif ici est vraiment de démocratiser l’accès à l’investissement boursier, d’autant plus que les frais sont très compétitifs. 

FAQ – Questions fréquentes

  • Comment investir en bourse ?

    Pour investir son argent en bourse privilégie le long terme au court terme. L’investissement diversifié ne réduit pas seulement les risques mais est aussi souvent plus performant à long terme que le stock-picking.

  • Dans quoi investir en bourse, quel produit choisir ?

    Pour investir en bourse en tant que débutant (et pour tous les autres aussi d’ailleurs), les trackers ou ETF te permettent d’investir sur le long terme de manière passive et diversifié, à moindre coût.

  • Où investir en bourse ?

    Différents types de prestataires existent pour investir en bourse. Tu as le choix entre les banques traditionnelles, les banques en ligne, les courtiers en ligne ou les « néo-courtiers ».

  • Sur quoi investir en bourse ?

    Pour investir en bourse il te faut un compte spécial. Il en existe 3 : le compte-titres, le PEA et l’assurance vie. Ces supports sont différents mais se complètent très bien. 

  • Quand investir en bourse ?

    Le bon moment pour investir en bourse est bien entendu quand les prix sont bas, pour ensuite pouvoir revendre plus cher. Le “market timing” n’est pourtant pas décisif quand tu investis sur le long terme. Suit plutôt ces quelques conseils : commence à investir tôt, investis à long terme, investis uniquement de l’argent dont tu n’as pas besoin et investis de manière régulière et automatisée.

  • Combien investir en bourse ?

    Combien tu souhaites investir dépend de toi et de ta situation. Tu peux tout à fait commencer à investir en bourse avec des sommes faibles. Pour définir le montant, déduis toutes tes dépenses de ton revenu mensuel, tu sauras alors ce qui te reste pour épargner et investir.

  • Faut-il investir en bourse ?

    Si tu souhaites faire fructifier ton argent sur le long terme, c’est une des seules alternatives. Le rendement de la plupart des solutions d’épargne est aujourd’hui inférieur à l’inflation. Tu perds donc de l’argent chaque année en plaçant ton épargne sur un livret.